Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Reuters
Manuel Valls reste ferme sur la ligne du gouvernement

Route droite

Manuel Valls : "le remaniement n'est pas l'urgence"

Alors que le second tour des départementales s'ouvre dans toute la France, le Premier ministre a affirmé au JDD sa volonté de "maintenir le cap."

L'échec probable de la gauche ce dimanche soir fera-t-il bouger les lignes au gouvernement ? Apparemment pas, si on suit les déclarations de Manuel Valls. Interrogé par le JDD lors de son dernier meeting dans le Gard, le Premier ministre assuré qu'il "n'y aura pas de zigzag. Le remaniement n'est pas l'urgence. Le cap sera maintenu."

Pour le chef du gouvernement, la gauche alternative des frondeurs ou de certains élus écologistes ne fonctionne pas. "La division est mortelle, on l'a vu dans plusieurs départements. L'idée d'un Podemos (le parti de gauche radical espagnol) à la française n'a pas marché. Il faut préparer le rassemblement des régionales, c'est le travail des partis" a-t-il tranché, soulignant que c'était aux écologistes "de décider" s'il voulait réintégrer ou non les ministères. "Le gouvernement ne change pas" a conclu Manuel Valls.

Un discours de fermeté pour éviter les reculades économiques, tant la pression de Bruxelles se fait forte sur l'exécutif. "Nous allons continuer à agir, à réformer" a-t-il promis. "Sur le plan économique, on ne va pas s'arrêter. La croissance est de retour. Il faut donner des signes de confiance."

Quant à la défaite annoncée, le Premier ministre se veut serein.  "Nous pouvons repartir à la reconquête des cœurs et des esprits", affirme-t-il. "Je suis premier ministre depuis bientôt un an. J'ai une immense détermination à poursuivre le travail, c'est essentiel pour la gauche, vital pour la France."

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !