Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Présidentielle 2017

Manuel Valls : "Je veux incarner un destin pour la France"

"Ce que je propose, une République forte et une France juste, correspond à ce que les Français attendent", a déclaré l'ancien Premier ministre sur le plateau du journal de 20 heures de TF1.

Moins de trois semaines avant le premier tour de la primaire de la gauche, l'ancien locataire de Matignon était l'invité du journal de 20 heures de TF1 mercredi soir pour répondre aux questions de Gilles Bouleau.

Manuel Valls a rapidement dénoncé les mesures du programme de François Fillon, notamment sur la réforme de la sécurité sociale, qui constitue selon lui une "purge". En réponse aux propositions de François Fillon, le candidat à la primaire de la gauche assure vouloir "incarner l'espoir", et défendre le modèle social français. 

L'ex-Premier ministre a ensuite voulu clarifier sa position sur la défiscalisation des heures supplémentaires, dont il avait souhaité la suppression : "On peut changer d'avis. J'entends ce que me disent les salariés. On doit être capable de regarder ce qui se fait de bien dans tel ou tel camp", a-t-il déclaré, se disant favorable à un plafonnement. 

Quant à la suppression des 500 000 postes de fonctionnaires encore défendue par François Fillon, malgré de nombreuses critiques, Manuel Valls promet qu'en cas de victoire en 2017, il créera de nouveaux postes dans l'éducation, la police, mais aussi dans la gendarmerie.

Rappelant avoir "eu la chance d'apprendre à devenir français", Manuel Valls a affirmé vouloir "incarner un destin pour la France", en défendant "une République forte et une France juste", qui "correspond à ce que les Français attendent". 

>>>> À lire aussi : Duel de programmes entre Valls et Peillon : radioscopie de la (non?) pensée socialiste

 

Vu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !