Manifestation du 1er Mai : 109 individus ont été placés en garde à vue après les incidents à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manifestation du 1er Mai : 109 individus ont été placés en garde à vue après les incidents à Paris
©Thomas SAMSON / AFP

Retour de bâton

Manifestation du 1er Mai : 109 individus ont été placés en garde à vue après les incidents à Paris

A la suite des violences en marge de la manifestation du 1er mai, 109 personnes ont été placées en garde à vue. La plupart de ces individus arrêtés étaient au cœur des groupes de black blocs.

Des centaines d'individus habillés en noir, casqués ou encagoulés ont affronté les forces de l'ordre en tête du cortège, après avoir causé de nombreuses dégradations dans le cinquième arrondissement de la capitale. 109 personnes ont donc été placées en garde à vue à la suite des incidents venus perturber la traditionnelle manifestation du 1er mai à Paris. Ces chiffres ont été communiqués par le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, dans la journée du mercredi 2 mai. Au total, 283 personnes ont été interpellées. Selon la préfecture de police de Paris, une trentaine de commerces ont été dégradés et quatre personnes légèrement blessées.

Les affrontements les plus violents ont opposé des militants d'extrême gauche et les forces de l'ordre. Le cortège syndical de la fête du Travail a été fortement perturbé et ralenti suite à ces incidents. Le cortège a même dû être dévié lorsque les CRS ont tenté d'encercler, de faire reculer et de refouler les black blocs vers une "souricière", sur le pont d'Austerlitz. 
Quatre personnes ont été légèrement blessées. Parmi elles, un CRS a reçu un pavé dans le dos, selon la préfecture. Un bilan matériel de ces incidents a également été communiqué. Selon un décompte provisoire dans la soirée de mardi, "31 commerces ont été dégradés dont deux incendiés, six véhicules ont été incendiés et 10 autres ont été dégradés". Du mobilier urbain a également été vandalisé.
La police a recensé 20 000 participants au cortège syndical parisien, contre 55 000 selon la CGT. 14 500 manifestants seraient venus hors du cortège. Parmi cette foule d'anonymes descendus dans la rue, 1 200 black blocs sont venus perturber la manifestation et en découdre avec les forces de l'ordre.
Les incidents majeurs se sont interrompus aux alentours de 18h. Une centaine de personnes, dont certaines encagoulées, a continué de provoquer les forces de l'ordre dans les rues touristiques du Quartier latin à Paris dans la soirée de mardi.
Emmanuel Macron, en déplacement en Australie, a condamné "avec une absolue fermeté les violences" qui ont "dévoyé les cortèges du 1er mai". 
"Tout sera fait pour que leurs auteurs soient identifiés et tenus responsables de leurs actes".
Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a commis une erreur ce mercredi, en évoquant le nombre de personnes placées en garde à vue dans le cadre de la matinale de France 2. Il a affirmé que 209 casseurs avaient été placés en garde à vue après les débordements de mardi, au lieu de 109. Ce chiffre a été rectifié par le préfet sur France Inter.
"Nous avons interpellé 283 personnes. 209 sont aujourd'hui en garde à vue". 
Le préfet Michel Delpuech a corrigé la déclaration du ministre de l'Intérieur et a avancé d'autres chiffres sur France Inter. 
"Sur les 283 interpellés, 153 personnes ont été présentées à un officier de police judiciaire, et à l'heure où je vous parle, il y a 109 personnes en garde à vue."
Selon des informations du Figaro, l'entourage du ministre de l'Intérieur a reconnu une erreur humaine, évoquant une simple confusion entre les différents chiffres que Gérard Collomb était venu officialiser.
Lu sur France Info

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Violences du 1er mai : comment les Black Blocks nous font basculer dans une nouvelle ère1er Mai : La préfecture de police craint des "troubles à l'ordre public" à Paris lors des manifestations1er-Mai : flambée de violence à Paris, affrontements entre manifestants cagoulés et forces de l'ordreViolences du 1er mai : Gérard Collomb promet "encore plus de forces de l'ordre" pour les prochaines manifestations

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !