Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
LREM : une centaine de "marcheurs" sur le départ
©Capture d'écran Dailymotion

Ras-le-bol

LREM : une centaine de "marcheurs" sur le départ

Dans une tribune publiée par franceinfo, ils dénoncent le manque de démocratie au sein du mouvement et pointent le culte de la personnalité autour d’Emmanuel Macron.

Alors que l’élection à main levée du seul candidat Christophe Castanerà la tête de la République en marche doit avoir lieu d’ici quelques jours, l’ambiance ne serait pas au beau fixe au sein du mouvement d’Emmanuel Macron. Dans son édition du 14 novembre, le journal L’Opinion affirme que LREM connaît un passage difficile. En effet, le mouvement semble avoir perdu beaucoup de militants actifs - 120 000 sur 380 000 - selon Arnaud Leroy. « Le parti est en état dépressif. Il est difficile d’être un parti de gouvernement surtout quand vous n’avez qu’un an d’existence », confie à L’Opinion, le député LREM Laurent Saint-Martin.

>>> À lire aussi : Le dilemme LREM : comment construire un parti en état de marche tout en restant dans la soumission à la pensée complexe d’Emmanuel Macron ?

En outre, selon franceinfo, une centaine de "marcheurs" annoncent ce mardi qu'ils quitteront le mouvement à la veille du congrès de La République en marche. Simples adhérents, mais aussi des élus (dont la Finistérienne Tiphaine Beaulieu, présidente de la confédération des Marcheurs de la République, et Emmanuel Drouin, élu municipal de Segré, en Maine-et-Loire), des animateurs de comités locaux ou encore des référents issus de toute la France, ils dénoncent dans une tribune le manque de démocratie au sein de LREM, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti. Ils pointent également le culte de la personnalité autour d’Emmanuel Macron. Selon eux, leur avis ne compte plus. Un huissier apportera leurs lettres de démission au siège du parti vendredi 17 novembre.  

 

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !