Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Jean-Luc Mélenchon, le recours à l'article 49-3 de la Constitution par le Premier ministre est un "échec total".

Désaccord

Loi Macron : Jean-Luc Mélenchon aurait proposé aux écologistes et aux frondeurs une motion de censure "de gauche"

"La loi Macron est une loi de droite, de vote en vote, Manuel Valls perd des voix, et il perd des alliés" a estimé le fondateur du Parti de gauche ce mercredi sur France Info.

Jean-Luc Mélenchon a été très critique ce mercredi matin. Il a en effet fustigé la décision du groupe Front de Gauche à l'Assemblée nationale de voter la motion de censure avec l'UMP et l'UDI contre le gouvernement, regrettant l'absence d'une "motion de gauche".

"Le groupe communiste (qui appartient au Front de gauche) va voter la motion de censure. Le groupe à l'Assemblée nationale pense qu'il est normal de faire ce qu'il veut sans consulter personne. Moi, je n'aurais pas fait ça. D'abord parce qu'il n'y a aucune chance que cette motion de censure passe. Qu'est-ce qu'on va aller se fourrer avec la droite dans une aventure pareille. Si j'avais été député, je me serais adressé aux frondeurs pour leur dire mes amis 'il ne suffit pas d'être contre, il faut aussi être pour'" a déclaré le candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle de 2012.

Qualifiant d'"échec total" le recours à l'article 49-3 de la Constitution par le Premier ministre, Jean-Luc Mélenchon estime qu'il s'agit d'un "moment de vérité". "Au fond, il n'y a pas de majorité pour une loi de droite dans cette Assemblée. La loi Macron est une loi de droite. De vote en vote, Manuel Valls perd des voix, et il perd des alliés" a-t-il poursuivi. 

Commentant le recours à l'article 49-3 de la Constitution par Manuel Valls, Jean-Luc Mélenchon y voit "l'échec total" du Premier ministre. "Je crois que c'est un échec total pour Manuel Valls. C'est un moment de vérité. Au fond, il n'y a pas de majorité pour une loi de droite dans cette Assemblée. La loi Macron est une loi de droite. De vote en vote, Manuel Valls perd des voix, et il perd des alliés", a asséné Jean-Luc Mélenchon. "Les gens n'ont pas voté pour ça en 2012. Cela est contre la nature politique, on ne peut pas tout le temps violer la nature politique de la démocratie."

Jean-Luc Mélenchon a enfin évoqué son entretien avec le chef de l'Etat mardi après-midi afin d'aborder la question de la dette Grecque : "C'est toujours sympa avec Hollande, c'est bien ça le problème. Mais quand vous avez fini, vous ne savez plus où vous en êtes. C'est sa façon à lui d'être rusé (...) Donc je lui dis "tu ne peux pas accepter que la banque centrale sorte de son rôle pour mettre un revolver sur la tempe d'un peuple pour lui dire, 'vous votez ce que vous voulez mais à la fin on fait ce que je dis'. Il ne m'a pas répondu" rapporte le fondateur du Parti de gauche.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !