Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Inattendu

Liban : Saad Hariri démissionne de son poste de Premier ministre

Il accuse le Hezbollah et son allié iranien de "mainmise" sur le pays et craint pour sa vie.

C'est une démission inattendue. Depuis l'Arabie saoudite, le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission. Déjà président du Conseil des ministres libanais entre 2009 et 2011, après l'assassinat de son père Rafic Hariri, Saad Hariri avait entamé un nouveau mandat depuis décembre 2016. Son départ n'était alors pas envisagé par les observateurs.

Dans un discours  diffusé par la chaine Al-Arabiya, il assure que sa "vie est visée", nommant directement ceux qu'il accuse. "L'Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région" affirme celui qui possède aussi la nationalité saoudienne. "Le Hezbollah est le bras de l'Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes" a-t-il poursuivi.

"Malheureusement, j'ai réalisé que des compatriotes sont mains dans la main avec l'Iran qui cherche à soustraire le Liban de son environnement arabe. Peuple glorieux du Liban, le Hezbollah a réussi, grâce à ses armes, à imposer une situation de fait". Cette annonce se fait dans un contexte tendu entre Téhéran et Ryad.

Lu sur L'Orient-Le jour

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !