Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: AFP

Mystère

Liban : imbroglio autour du sort de Saad Hariri

Le Premier ministre avait démissionné subitement, depuis Ryad, et n'est toujours pas rentré au Liban. Le Hezbollah estime qu'il est "détenu".

Que se passe-t-il avec Saad Hariri ? L'ancien Premier ministre libanais avait démissionné, à la surprise générale, en Arabie saoudite. Depuis, l'homme politique n'est pas réapparu et, surtout, n'est pas rentré dans son pays. Pour le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Saad Hariri est prisonnier de Ryad. "Cela ne fait plus de doute. Cet homme est détenu en Arabie saoudite, et ne peut jusqu'à nouvel ordre rentrer au Liban. Le chef du gouvernement libanais est en détention en Arabie saoudite," a-t-il expliqué dans une allocution télévisée. "Il s'agit également pour l'Arabie d'une tentative d'imposer un nouveau leadership sunnite, et même un nouveau chef de gouvernement."

Paris a pourtant démenti cette information. "On pense qu'il est libre de ses mouvements et il importe que lui-même fasse ses choix", a souligné Jean-Yves Le Drian, sur Europe 1. De son côté, le président libanais Michel Aoun a réclamé le retour du chef du gouvernement au Liban. "Le président Aoun a reçu le chargé d'affaires saoudien à Beyrouth, Walid Boukhari, et l'a informé que la manière dont s'est produite la démission de M. Hariri était inacceptable" a indiqué la présidence libanaise dans un communiqué.

Dans un communiqué, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a réagi à la situation. "Les Etats-Unis exhortent toutes les parties, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du Liban, à respecter l'intégrité et l'indépendance des institutions nationales légitimes du Liban. A cet égard, nous respectons le premier ministre libanais Saad Hariri en tant que partenaire solide des Etats-Unis" a-t-il affirmé dans un communiqué.

Lu sur L'Orient-Le jour

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !