Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les recettes des radars en très forte baisse
©FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Influence des Gilets jaunes ?

Les recettes des radars en très forte baisse

Les radars routiers ne devraient rapporter qu'entre 500 et 600 millions d'euros en 2019. Le gouvernement espérait des recettes supérieures à 1 milliard d'euros il y a un an. Ces difficultés sont liées aux destructions des radars et aux changements de comportement des automobilistes.

Selon des informations du Parisien, le taux de disponibilité des radars a chuté de 93% en 2017 à 75% en 2019. 

Une vague de vandalisme sans précédent a été enregistrée. D'après les documents budgétaires, les recettes apportées par les radars pour les caisses de l'Etat seraient faibles.

D'après la rédaction des Echos, le gouvernement s'attend à des recettes estimées entre 500 à 600 millions d'euros en 2019. Le gouvernement espérait des recettes supérieures à 1 milliard d'euros il y a un an. Pour 2020, le gouvernement prévoit environ 728 millions d'euros avec les radars.

Depuis la mise en place de la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires et la crise des Gilets jaunes, le taux de disponibilité des radars a terriblement chuté. 

De nombreux radars ont été endommagés. Le nombre de contraventions aurait chuté de 17%.

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes en novembre 2018, plus de la moitié des radars ont été dégradés, attaqués ou détruits. Ce phénomène inquiète le gouvernement.

Pour l'an prochain, le gouvernement prévoit un parc de radars de 4.400 appareils contre 4.700 initialement prévus. Des radars "tourelles" vont remplacer ceux qui ont été détruits.  

Le gouvernement estime également que la baisse des recettes reflète également un changement de comportement des automobilistes sur les routes.

 

Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !