Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Travaux titanesques

Les principales difficultés rencontrées sur le chantier de Notre-Dame de Paris

Selon des informations du Figaro, les ouvriers sont découragés et redoutent de nouveaux retards pour les travaux de Notre-Dame. La bureaucratie ralentirait le chantier de reconstruction de la cathédrale.

La rédaction du Figaro vient de révéler les difficultés et le malaise au sein des ouvriers impliqués sur le chantier de reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le chantier est quasiment à l'arrêt. 

Certains ouvriers qui se sont confiés évoquent le fait qu'il soit difficile de travailler sur le site et que l'activité soit assez faible sur le chantier. 

Le travail des ouvriers serait notamment compliqué par l'Inspection du travail mais aussi à cause de la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France. 

La sécurité serait en effet très stricte pour les 150 salariés sur le chantier après les révélations et les craintes liées au plomb. 

Le chantier a pu redémarrer le 19 août dernier. Notre-Dame de Paris a depuis été divisée en zone sale et en zone propre. Des sacs de décontamination séparent les deux espaces. Une combinaison blanche, des sous-vêtements jetables et un masque sont notamment requis. Lors du passage d'une zone à l'autre, le personnel doit prendre une douche. Ce processus nuit considérablement au travail et fait perdre un temps précieux. Des tests de plombémie sont également réalisés.

Selon des informations du Figaro, une inspectrice du travail surveille également très attentivement les différentes procédures sur le site. 

La Cramif a imposé l'utilisation d'un ascenseur au-delà de 13,50 mètres de hauteur. Sans les monte-charges, il est pour l'instant impossible de débuter l'étape majeure du démontage de l'échafaudage.  

La Drac exige également un double devis et un système contrôlé pour l'autorisation pour les achats d'outils et de mortiers. 

Les conditions de travail sont si difficiles et lourdes que certains compagnons ne veulent plus venir travailler sur le chantier de la cathédrale Notre-Dame de Paris. 

L'établissement public en charge de la reconstruction de Notre-Dame devrait s'installer à Paris dans un bâtiment non loin de Matignon et débuter sa mission dans quelques semaines. Cet organisme dépendra du ministère de la Culture et accueillera des représentants de la mairie et de l'Eglise.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !