Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: MARTIN BUREAU / AFP

Clap de fin

Législatives : François Fillon abandonne

"Je n’ai plus la légitimité pour livrer le combat" des législatives, a déclaré le candidat défait.

Ce lundi 24 avril, au bureau politique des Républicains, François Fillon a affirmé qu'il n'avait "plus la légitimité" pour mener le "combat" des élections législatives qui auront lieu le 11 et 18 juin 2017.

"J’ai la certitude que Les Républicains peuvent obtenir un score favorable"

"J’ai estimé nécessaire d’être présent parmi vous car, dans la victoire comme la défaite, j’assume mes responsabilités. J’ai conscience de votre désarroi, j’ai mal pour nos électeurs et nos militants. Je pense à eux, à leur colère et à leur tristesse. Ils n’ont rien à se reprocher. J’étais leur chef, j’ai été battu : je ne me dérobe pas", a-t-il affirmé.

"L’élection présidentielle est une chose : il s’agit d’éviter à notre pays le choc de l’extrême droite. Mais avec les législatives, une autre bataille commence. J’ai la certitude que Les Républicains peuvent obtenir un score favorable qui sera utile à la France. Pour cela, je vous invite à rester unis et à ne pas vous disperser dans des combinaisons pré-électorales", a-t-il déclaré.

François Fillon va "redevenir un militant de cœur" et penser sa vie "autrement"

"Ma victoire aux primaires avait enclenché une grande espérance. Elle a été brisée par un pilonnage intensif dont l’ampleur restera dans les annales des campagnes présidentielles. Mais je ne suis pas là pour refaire l’histoire", a déploré l'ex-candidat de la droite et du centre, affirmant que désormais, il va "redevenir un militant de cœur" et penser sa vie "autrement".

"Je persiste à penser que notre ligne politique - cette synthèse que je me suis efforcé d’incarner entre la liberté et l’autorité, la tradition et la modernité, le patriotisme et l’Europe - répond aux attentes d’une large partie des Français. Je vous recommande donc de vous battre sous nos couleurs, sur nos valeurs, et le moment venu, vous déciderez de la stratégie à adopter pour servir le pays. Ce combat, il est désormais entre vos mains. Je n’ai plus la légitimité pour le livrer avec vous", a-t-il conclu.

>>> À lire aussi : Plongée dans le secret de la préparation des investitures pour les législatives

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !