Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Coup de gueule

Le traité de Tafta : Arnaud Montebourg dénonce le "double langage" de la France

Dans une interview à l’hebdomadaire Marianne, l'ancien ministre de l’économie Arnaud Montebourg a dénoncé le "double langage" de la France à propos du traité de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis (TTIP/Tafta).

"J'ai entendu le Premier ministre dire (...) le 26 juin dernier, à Belleville-sur-Mer, que ce traité ne pouvait être accepté. Or, deux jours plus tard, Jean-Claude Juncker a expliqué qu'un Conseil de l'Union européenne venait de se réunir et qu'en son sein aucun pays ne s'était opposé au Tafta", explique Arnaud Montebourg. "La France parle donc un double langage, un pour les Français, un autre pour l'oligarchie européenne, et chacun comprend qui sera trompé à la fin", attaque – t – il.

 

Pour l'ancien ministre de l’économie la "dérive libérale autoritaire du projet européen", et, en France, le "sarkhollandisme", "fusion des libéraux de droite et de gauche" qui porte un "projet libéral autoritaire appuyé sur les dogmes de Bruxelles".

 

"Notre intérêt constant est attaché à l'Union européenne mais les Français et beaucoup d'autres Européens n'acceptent plus, à juste titre, la dérive libérale autoritaire du projet européen", affirme Montebourg.

 

" Réduire les pouvoirs du président de la République"

 

L'ancien ministre plaide pour que la France "quitte la table de la discussion européenne" et suspende "unilatéralement un certain nombre de dispositions d'origine européenne qui portent atteinte à son intérêt national".

 

"J'ai par exemple proposé il y a plusieurs mois la suspension unilatérale de la directive sur les travailleurs détachés", dit – il en notant que le Premier ministre a lui-même fait cette proposition dimanche.

 

En ce qui concerne l'évolution des institutions de la Ve République, Arnaud Montebourg pense qu'il est "hautement nécessaire" de réduire les pouvoirs du président de la République.

 


 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !