Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©AFP

Changement de cap

Le sénateur Jean-Baptiste Lemoyne devient le premier parlementaire Les Républicains à soutenir Emmanuel Macron

"L'alternance est devenue impossible avec François Fillon" a estimé ce sénateur apparenté LR.

Emmanuel Macron est "le seul candidat d'une alternance crédible". Les propos sont de Jean-Baptiste Lemoyne, élu sénateur de l'Yonne depuis 2014 comme candidat indépendant, mais apparenté au groupe LR. Le parlementaire a annoncé mercredi son soutien à Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle. Il est ainsi devenu le premier parlementaire LR à rejoindre l'ancien ministre de l'Economie.

"L’alternance est devenue impossible avec François Fillon", a-t-il déclaré à l’AFP. "François Fillon a repris sa parole en restant candidat malgré sa mise en examen, moi je reprends ma liberté parce que je constate combien le reniement de la parole politique nous porte préjudice", a expliqué le sénateur de 39 ans (même âge qu’Emmanuel Macron), qui avait soutenu Alain Juppé à la primaire de la droite. Il a également annoncé qu'il démissionnait de sa fonction de secrétaire national LR et de président de la Fédération LR de l'Yonne.

Jean-Baptiste Lemoyne a dit avoir rencontré le candidat d'En Marche ! mercredi après-midi. Il estime que "la droite et le centre peuvent partager de nombreux points du programme d'Emmanuel Macron : la baisse de l'impôt sur les sociétés, la suppression du RSI, la réforme des retraites, le recrutement de policiers et de gendarmes... Emmanuel Macron a cette capacité à parler à des France qui se regardent en chiens de faïence : la France rurale, la France des quartiers, la France des métropoles… Il est capable de susciter une espérance dans une France qui se fissure."
 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !