Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Justice

Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre

Condamné aux prud'hommes le parti a fini par payer les 15.000 euros qu'il devait

Le parti de Marine Le Pen, comparaissait ce vendredi matin devant le tribunal de Nanterre, après avoir été assigné en liquidation judiciaire par Mickaël Ehrminger un ex-salarié, en mars. Ce dernier avait parlé aux sites Mediapart et BuzzFeedNews sur la campagne du Rassemblement National pour l'élection présidentielle de 2017, en la critiquant. 

Le RN l'a, alors, attaqué devant le tribunal des prud'hommes pour violation de sa clause de confidentialité explique Le Monde. L'ex-salarié avait été condmané au versement d'un eu symbolique. Et il avait obtenu que le tribunal oblige le parti à lui verser des heures supplémentaires et son contrat avait été requalifié en CDI.

Le parti lui devait au total 22.845 euros, et lui restait redevable de 15.000 euros. Finalement, le RN a payé cette somme avant de se retrouver ce matin, devant le tribunal de Nanterre. Le tribunal a donc pris acte que le salarié et son avocate se désistaient de leur plainte.

Une bonne nouvelle pour le RN, lourdement endetté, alors que le parquet se réservait "même la possibilité de se saisir du dossier et de réclamer l'ouverture d'une procédure en liquidation judiciaire du RN" comme l'expliquait Challenges.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !