Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©ALAIN JOCARD / AFP

Nouveau scandale

Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla

Selon Valeurs actuelles, l'ancien adjoint au chef de cabinet de l'Élysée aurait été approché par un grand groupe chinois.

Ce mercredi 20 février, Valeurs actuelles affirme qu'Alexandre Benalla aurait signé un contrat de sécurité de deux ans d'un montant de 7,2 millions d'euros avec un important groupe chinois, "cotée à la Bourse de Hong Kong". Cette société "- réputé proche de l'appareil d'État - propose des solutions de services de sécurité, de logistique et d'assurance pour des clients en zones frontalières. Il recourait jusque-là principalement à de la main-d'œuvre américaine, française et russe pour assurer la sécurité de ses infrastructures et de ses effectifs en Afrique", indique l'hebdomadaire sur son site. Désirant former leurs propres ressources, les cadres dirigeants de cette entreprise se seraient tournés vers Alexandre Benalla.

Selon Valeurs actuelles, l'ancien adjoint au chef de cabinet de l'Élysée se serait engagé à réaliser des missions "d'accompagnement, de formation et de sécurisation". "Il sera, dans le cadre de ce contrat, en lien avec des anciens de Blackwater, qui fut la plus grande société de sécurité privée au monde en comptant pas moins de 22 000 hommes en 2017, dont les missions ont longtemps consisté à agir pour la CIA, notamment en Afghanistan et en Irak", précise le média, ajoutant que le groupe chinois souhaiterait créer un grand centre de formation dans la région de Guangzhou, dans le sud de la Chine.

Cette révélation intervient après celle de Médiapart qui assurait que ce proche d'Emmanuel Macron a décroché des contrats russe et ouzbek pour 2,2 millions d'euros.

Valeurs actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !