Le couple molesté par Alexandre Benalla n'est pas celui qu'on nous a présenté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le couple molesté par Alexandre Benalla n'est pas celui qu'on nous a présenté
©Naguib-Michel SIDHOM / AFP

Petits écarts

Le couple molesté par Alexandre Benalla n'est pas celui qu'on nous a présenté

"Le Monde" affirme avoir lu des éléments d'enquête donnant une impression nettement moins négative du couple dans cette affaire.

 

Le jeune couple qui avait été interpellé de façon musclée par Alexandre Benalla, le 1er mai dernier, sur la place de la Contrescarpe serait en fait vierge de tout antécédents judiciaires. Selon Le Monde qui aurait eu accès à certains éléments du dossier judiciaire en cours, affirme aussi que les deux personnes n'ont pas cherché à dissimuler leur identité à la police après leur arrestation. Ils n'auraient pas non plus provoqué des violences "graves" et "répétées" à l'encontre des CRS. Enfin, les jeunes n'ont pas cherché à dissimuler leurs identités, comme cela l'a été dit dans certains médias.

Cette mise au point remet en cause notamment  les témoignages de Laurent Simonin, qui parlait lors des sa convocation devant la commission parlementaire de "nom bidon" pour un des deux membres du couple, et aussi le témoignage du préfet de police Michel Delpuech, qui a aussi expliqué que les deux trentenaires "n'avaient pas de papiers sur eux" et avait "déclaré de fausses identités". Il n'en reste pas moins que les deux jeunes gens auraient bel et bien lancé deux canettes de bière sur les forces de police. La gravité des actes d'autres manifestants notamment les Black Blocks, lors de la même journée explique pourquoi on les a vite relâché une fois interpellé et emmenés au commissariat de police.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !