Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Inversion de la courbe

Le chômage devrait poursuivre sa lente décrue, selon l'OCDE

Il s'établirait en 2018 à 9,3 % en métropole et 9,6 % en France entière.

Le taux de chômage devrait poursuivre sa lente décrue, pour s'établir en 2018 à 9,3 % en métropole et 9,6 % en France entière, selon les dernières perspectives économiques de l'OCDE publiées ce lundi. L'indicateur s'élevait au troisième trimestre à 9,7% en métropole (10% en France entière), selon l'Insee. L'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) prévoit que le taux termine l'année à 9,6% (9,9%), avant de baisser à 9,4% (9,7%) en 2017, puis à 9,3% (9,6%) en 2018. 

Lourde charge fiscale 

Cette "baisse progressive" résulterait de la "modeste reprise de la croissance, combinée à une poursuite des baisses de taxes et de nouvelles primes à l'embauche", selon l'OCDE, qui précise toutefois "l'incertitude considérable" que fait peser l'élection présidentielle de 2017.

>>> À lire aussi : Baisse du chômage : ce quinquennat qu’il faudrait à François Hollande pour effacer la catastrophe du premier (à supposer qu’il ne commette plus d’erreurs)

 Des "baisses d'impôts et de cotisations sociales" ont déjà "réduit le coût du travail et amélioré le climat des affaires", juge l'organisation internationale, mais "de nouvelles baisses" sont nécessaires pour "stimuler l'économie et réduire le chômage plus rapidement". La France conserve une "lourde charge fiscale, qui nuit à l'emploi et à l'investissement", insiste-t-elle. 

Réviser l'assurance-chômage 

L'OCDE préconise également "d'aligner le régime d'assurance chômage des seniors sur celui des jeunes travailleurs", alors que les chômeurs de plus de 50 ans peuvent aujourd'hui être indemnisés pour une durée maximale de 36 mois, contre 24 mois pour les autres. Une telle mesure "dégagerait de la marge pour mieux soutenir les enfants et les jeunes adultes, qui sont trop souvent touchés par un chômage élevé et la pauvreté". 

 

 

Lu sur l'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !