Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©olivierfaure.fr

Mal barrée

La gauche proche d'un "suicide collectif", affirme le député PS Olivier Faure

Porte-parole du parti socialiste, il s'est montré très critique envers Claude Bartolone et Manuel Valls.

A peine la primaire de la droite terminée que c'est la gauche qui fait parler d'elle. Ce weekend, Manuel Valls laissait entendre qu'il pouvait envisager une candidature tandis que Claude Bartolone lui conseillait d'affronter le président Hollande lors de la primaire. Des tensions qui exaspèrent le porte-parole du PS, le député Olivier Faure. "J'ai vécu un week-end assez douloureux... D'abord de voir que le président de l'Assemblée nationale, qui parle au nom des parlementaires généralement, puisse suggérer une crise institutionnelle... Ça m'a paru tout simplement absurde et hors de propos !" lâche-t-il sur LCP. "Je ne sais pas au nom de qui Claude Bartolone a agi... Mais ce que je crois c'est que sa place, sa fonction, lui impose a minima un minimum de réserve. C'est du jamais vu. Voir un président de l'Assemblée, quatrième personnage de l'Etat, proposer tout simplement une crise institutionnelle... Mais où va-t-on ?"

Et de poursuivre sur le cas de Manuel Valls : "Ensuite voir le Premier ministre lui emboîter le pas le lendemain dans le Journal du dimanche, et laisser entendre qu'il pourrait être candidat face à son propre président, ça m'a paru aussi très en décalage par rapport à ce qu'a toujours porté Manuel Valls depuis qu'il est Premier ministre. La loyauté. Le respect des institutions. La solidité. Des nerfs... Tout ça m'a paru assez incongru..." Et de conclure avec un constat accablant : "Nous sommes dans une situation assez inédite et qui est proche de ce qu'on pourrait baptiser un suicide collectif, déplore Olivier Faure. Si vraiment nous allons vers cela, alors il n'y aura pas de gauche présente au second tour. Et la gauche sera éliminée pour longtemps..."

A LIRE AUSSI - Trahison, rupture, candidature : Manuel Valls peut-il réussir en six mois ce qui a pris cinq ans à François Fillon ?

Lu sur LCP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !