Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©

Idée

La Droite forte envisage de proposer un candidat à la présidence de l'UMP

Le courant majoritaire de l'UMP annonce aussi qu'il veut présenter une motion lors du prochain congrès du parti, prévu en octobre prochain.

Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, fondateurs de la Droite forte, premier courant sarkozyste de l'UMP, souhaitent "qu'un nouveau vote sur les motions soit organisé afin que la ligne politique du parti puisse être démocratiquement choisie par les militants, véritable force vive et souveraine de notre famille politique".

Cette décision intervient trois jours après que Jean-François Copé a pris la décision de démissionner de la présidence de l'UMP mardi. Selon le vice-président et le secrétaire général adjoint de l'UMP, cette motion "portera les valeurs d'une droite plus courageuse et audacieuse : le patriotisme et la maîtrise de notre destin, la récompense du mérite et du travail plutôt que l’assistanat, l’ordre républicain, la liberté d’entreprendre avec le soutien aux PME, aux artisans et aux commerçants comme à la ruralité", ont-ils affirmé dans un communiqué.

La présentation d'un candidat à la présidence de l'UMP n'est pas "exclue" par Geoffroy Dider, qui tempère néanmoins que, "pour l'instant", le  parti "veut imposer le débat d'idées". Pour le co-fondateur de la Droite forte, le futur président de l'UMP devra pouvoir se porter candidat à la présidence de la République en 2017. Cette candidature qu'envisage de proposer le parti ne serait donc possible que si Nicolas Sarkozy reste en dehors du jeu politique.

Quant à Jean-François Copé, Geoffroy Didier ne le croit "pas du tout mort" et croit toujours à son retour politique : "Copé ne meurt jamais comme James Bond".

 

lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !