Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Le loup sort du bois

L'incendie à France Bleu Isère revendiqué sur un site anarchiste

L'incendie criminel, qui a dévoré une partie des locaux de France Bleu Isère dans la nuit du 27 au 28 janvier, a été revendiqué sur un blog aux tendances anarchistes et anticapitalistes. Le texte dénonce notamment "les industriels d'hypnoses collectives".

Tandis qu'en cette crise des "gilets jaunes", les journalistes ne sont pas en odeur de sainteté, l'incendie criminel qui a détruit, dans la nuit du 27 au 27 janvier, une partie des locaux de France Bleu Isère, à Grenoble, a choqué toute la profession. Ce mercredi 30 janvier, l'acte criminel a finalement été revendiqué sur un site que France Bleu qualifie d'"anarcho-libertaire, anticapitaliste".

"Ce que les incendiaires convoitent, que les flammes s'en saisissent"

"Beaucoup font couler l’encre à propos des médias pour les critiquer, peu font couler l’essence dans leurs locaux pour les incendier. À cela on remédie", se félicitent le ou les auteurs. "Dans les bureaux des radios dans le centre-ville, lundi. Dans la tour hertzienne en périphérie, cette nuit", peut-on lire, cette dernière allusion faisant référence à l'incendie d'un émetteur TDF le 29 janvier au soir, au sud de Grenoble. "Ce que les incendiaires convoitent, que les flammes s’en saisissent".

Le ou les auteurs semblent ainsi comparer les journalistes à des "incendiaires". Dans les lignes qui suivent, le texte s'en prend aux médias et à l'influence qu'ils auraient sur la société. "De tous les dompteurs de for intérieur qui existent, celui que je déteste le plus, le journaliste", peut-on lire. Sont également dénoncés "les industriels d'hypnoses collectives, contre les fabricants de subjectivités consentantes à la société existante". "Bravo aux individu·e·s enfin, qui, par monts et par vaux, perpétuent l'attaque et veulent tout mettre à sac", se termine la lettre.

France Bleu Isère

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !