Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Reuters
Jérôme Lavrilleux : l'eurodéputé a "du mal à imaginer que Nicolas Sarkozy ne connaissait pas le nom de Bygmalion"

Contradictions

Jérôme Lavrilleux : l'eurodéputé a "du mal à imaginer que Nicolas Sarkozy ne connaissait pas le nom de Bygmalion"

L'ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé a toutefois indiqué à L'Express qu'il donnerait sa voix à l'ex-chef de l'Etat pour la présidence de l'UMP.

Le député européen Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé et à l'origine de fracassantes révélations sur le financement frauduleux de la campagne de Nicolas Sarkozy, a affirmé à L'Express avoir "du mal à imaginer que (l'ancien président) ne connaissait pas le nom de Bygmalion". Toutefois, selon les auteurs de l'article, "il exonère l'ancien chef de l'Etat de toute responsabilité dans le système frauduleux".

"L'honnêteté n'empêche pas la maladresse", aurait-il déclaré, allant jusqu'à dire : "C'est la campagne la plus honnête qui a jamais eu lieu !". Jérôme Lavrilleux met toutefois en cause certains membres de l'entourage de Nicolas Sarkozy, comme son directeur de campagne, Guillaume Lambert, son conseiller communication à l'Elysée, Franck Louvrier, et le sondeur Pierre Giacometti. 

Enfin, l'eurodéputé, actuellement menacé d'exclusion pour l'UMP, s'apprête à repayer sa cotisation pour voter Nicolas Sarkozy pour la présidence du parti. Selon lui, l'ancien président est le meilleur candidat pour 2017 – après son ancien patron Jean-François Copé mais bien devant François Fillon, "le mec qui dit tout et son contraire" et Alain Juppé, qu'il juge trop vieux. "Une chose est sûre, la campagne ne coûterait pas cher, on ne ferait pas un meeting tous les soirs. Ce serait physiquement impossible", tacle-t-il sans détour.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !