Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Sujet à polémique

Jean-Marie Le Pen : le virus Ebola "peut régler en trois mois" les problèmes d'immigration

Lors d'un meeting consacré aux élections européennes, le président d'honneur du FN a aussi indiqué craindre un "remplacement des populations" françaises par celles issues de l'immigration.

Nouveau dérapage pour Jean-Marie Le Pen. Ce mardi soir, lors d'une discussion où il parlait de l'"explosion démographique" dans le monde, le président d'honneur du Front national a affirmé que "Monseigneur Ebola (en référence au virus qui fait encore des ravages sur le continent africain, ndlr) peut régler ça en trois mois". Selon France TV Info, Le Pen père, qui s'entretenait notamment avec le maire FN de Cogolin (Var) Marc-Etienne Lansade a fait cette allusion alors qu'il évoquait l'"explosion démographique dans le monde", le "risque de submersion" de la France par l'immigration et "le remplacement de la population qui est en cours" à cause notamment de la "faible natalité du continent européen".

Candidat aux européennes dans la circonscription Sud-Est, Jean-Marie Le Pen a ajouté : "Dans notre pays et dans toute l'Europe, nous avons connu un phénomène cataclysmique : l'invasion migratoire dont nous ne connaissons mes chers amis aujourd'hui que le début du commencement". Agé de 85 ans, le fondateur du parti frontiste a insisté : "Cette immigration massive risque de produire un véritable remplacement des populations si nous n'arrivons pas assez tôt au pouvoir pour mettre un terme à la politique de décadence menée depuis des décennies".

Cette immigration "est le fruit de l'explosion démographique et du fait que dans le même temps, la production des biens n'a pas connu la même courbe. On gagne 20 euros par mois au Népal, 40 euros au Bangladesh, 100 millions d'habitants vivent avec un dollar par jour dans le triangle du delta du Nil" en Égypte. "Il y a 735 millions d'habitants en Europe. En face, il y en a 7 milliards", a encore estimé Jean-Marie Le Pen.

En campagne pour sa réélection, l'eurodéputé a poursuivi sa charge contre les institutions européennes en certifiant que "l'Europe n'est plus qu'un radeau de la méduse dans lequel nous avons de l'eau jusqu'à la poitrine". Et Jean-Marie Le Pen de conclure : "Le problème qui nous est posé est extraordinairement difficile. Il nécessitera le sursaut de tout un peuple, la volonté de se défendre et de défendre notre liberté, notre vie et celle de nos enfants et de nos petits-enfants".

lu sur FranceTV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !