Japon : un actif sur cinq risque la mort par épuisement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Japon : un actif sur cinq risque la mort par épuisement
©Reuters

Le travail, c'est pas la santé

Japon : un actif sur cinq risque la mort par épuisement

Près d'un quart des entreprises japonaises déclarent que certains de leurs employés font plus de 80 heures supplémentaires chaque mois.

Au Japon, un actif sur cinq risque la mort par surmenage, révèle un rapport faisant partie du premier livre blanc sur le "karoshi", la mort par épuisement au travail, un document approuvé ce vendredi par le cabinet du Premier ministre, Shinzo Abe.

Le gouvernement a décidé de s'attaquer à ce véritable problème de santé publique : des centaines de décès liés au surmenage, par crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou suicide, sont enregistrés chaque année au Japon, ainsi que de nombreux problèmes de santé graves. 

Selon ce rapport, 22,7% des firmes japonaises interrogées entre décembre 2015 et janvier 2016 ont déclaré que certains de leurs employés faisaient plus de 80 heures supplémentaires chaque mois. Or, 80 heures est officiellement le seuil à partir duquel le risque de mourir de surmenage est considéré comme sérieux

Alors que seulement 10,4% des salariés en France travaillent plus de 49 heures par semaine, c'est le cas de 21,3% des employés japonais. Conséquence logique, le rapport rapporte aussi que les employés japonais ont fait état de niveaux élevés de stress liés à leur travail.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !