Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jacques Chirac a été brièvement hospitalisé ce lundi soir
©

Pas en forme

Jacques Chirac : hospitalisé à Neuilly-sur-Seine, l'ancien président est rentré chez lui

Selon son entourage qui parle d'"une violente crise de goutte", cette hospitalisation n'a "absolument aucune urgence vitale".

Jacques Chirac, l’ancien président de la République, a été brièvement hospitalisé à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine ce lundi soir, peu avant 20 heures, selon l’Agence France Presse, qui précise tenir l’information d’une source proche du gouvernement. Agé de 81 ans, il est venu pour  "une violente crise de goutte", à savoir une maladie articulaire douloureuse provoquée par un excès d'acide urique dans le sang. Il est reparti de l'hôpital américain dans la soirée. L'ancien président, qui a été victime en 2005 d'un accident vasculaire cérébral, est depuis affaibli et éprouve de grandes difficultés à se déplacer.

Déjà début décembre, Jacques Chirac avait été hospitalisé pour une "intervention rénale" à la Pitié-Salpêtrière, hospitalisation qui n'avait duré qu'une semaine. Le 22 janvier, Bernadette Chirac avait dit penser que son époux, qui a fêté ses 81 ans le 29 novembre, ne parlerait plus jamais en public, en raison de ses problèmes de mémoire. "Par moment, il est gêné par sa mémoire", indiquait l'ancienne Première dame, mariée depuis 1956 à Jacques Chirac, élu président de la République en 1995 et réélu en 2002. "D'où la nécessité de lire et de recevoir des visites, il en reçoit beaucoup", "des visiteurs gentils, généreux, qui lui parlent de sujets qui l'intéressent".

La dernière apparition de Jacques Chirac à une cérémonie officielle remonte au 21 novembre dernier. Il avait alors assisté à la remise par le président socialiste François Hollande du prix de sa fondation au docteur Denis Mukwege, engagé aux côtés des femmes violées de la République démocratique du Congo, et à l'organisation Femmes Africa Solidarité.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !