Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Paré au pire

Inondations : la présidence se tient prête à déménager au Château de Vincennes en cas de crue

Selon le Point, le Premier ministre a déclenché le plan de continuité du travail gouvernemental.

La crue que connait Paris n'est pas celle de 1910 mais elle a poussé le gouvernement à réagir. Selon le Point, les inondations de ces derniers jours ont "conduit le Premier ministre à déclencher, sur la proposition du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale [SGDSN], le plan de continuité du travail gouvernemental en cas de crue majeure de la Seine à Paris." Selon Le Figaro, le plan est activé dès que la Seine dépasse 4,50 mètres. Ce vendredi, elle pourrait atteindre 6 mètres.

Il implique une préparation d'urgence au déménagement pour l'Elysée et les différents ministères. En cas de crue catastrophique, le président de la République partirait ainsi au château de Vincennes, à l'est de Paris. "On en est pas encore au stade [de déménager, NDLR]" précise le SGDSN au Point. "Pour l'instant, on veille à ce que tous les dispositifs soient prêts et que les différentes mesures puissent être appliquées pour assurer la continuité du travail gouvernemental. Cela consiste notamment à vérifier que le déménagement est possible, que les sites de repli sont prêts, et que le réseau de communication fonctionne en cas de crise. On monte d'un ton dans le niveau d'alerte. Et quand on alerte, c'est quand même qu'il se passe quelque chose."

Initiés par Nicolas Sarkozy, en toute discrétion, les travaux au château de Vincennes pour mettre en place un puissant réseau informatique, sont terminés depuis 2010. C'est dans ce lieu que le général de Gaulle avait imaginé s'installer en 1958, avant de finalement renoncer.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !