Incidents du 1er Mai : Philippe Martinez évoque un risque pour "le droit de manifester" à l'avenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Incidents du 1er Mai : Philippe Martinez évoque un risque pour "le droit de manifester" à l'avenir
©ALAIN JOCARD / AFP

Inquiétude

Incidents du 1er Mai : Philippe Martinez évoque un risque pour "le droit de manifester" à l'avenir

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a vivement critiqué la gestion par les autorités des violences lors de la manifestation du 1er Mai. Les incidents, en marge des cortèges syndicaux, pourraient remettre en cause selon lui le "droit de manifester".

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, était l'invité de France Inter ce mercredi 2 mai. Il est revenu sur les incidents provoqués par les black blocs. Ces débordements ont nui à la démarche constructive et au message des syndicats.

Philippe Martinez estime que ces individus sont "repérables". Les autorités auraient pu agir en amont selon le leader de la CGT. 
"Pourquoi nous on le voit, et qu'il ne se passe rien, et que la manifestation d'après ça recommence ?
Philippe Martinez aurait alerté par le passé les autorités concernées, "les différents préfets, les différents ministres de l'Intérieur" depuis "deux ans", au sujet des casseurs et des groupuscules qui nuisent à la démarche des syndicats. 
Les incidents, liés aux accès de violence des black blocs, ont "masqué l'objet de cette manifestation, les revendications. Derrière ça, [le risque est de] remettre en cause le droit de manifester au nom de quelques-uns". Le secrétaire général de la CGT a estimé que cela serait "très grave". 
Le secrétaire général de la CGT a dénoncé l'attitude des autorités envers le cortège syndical. Il a évoqué "des problèmes avec la police y compris dans le cortège des manifestants. Il y a eu y compris des militants de la CGT qui ont été bousculés, frappés".
Philippe Martinez a notamment dénoncé les risques pris avec la situation sur le pont d'Austerlitz.
"Plusieurs milliers de personnes [se sont trouvées] coincées pendant trois quarts d'heure, une heure, sur le pont d'Austerlitz. Quand il a fallu se retirer du pont, il y avait des camions de CRS qui bloquaient la sortie".
Le service d'ordre du cortège de la CGT n'a malheureusement pas été en mesure d'agir contre l'arrivée des black blocs.
Près de 240 manifestations étaient organisées dans la journée du mardi 1er Mai 2018 dans l'Hexagone. L'absence d'une union syndicale, notamment dans le cortège parisien, pourrait avoir des conséquences sur l'avenir du mouvement de contestation face à la politique du gouvernement et contre les réformes d'Emmanuel Macron. La CGT est favorable à la convergence des luttes à la différence des tentatives de négociations de la CFDT  de Laurent Berger.  
Lu sur Libération

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Martinez la menace : pourquoi la position maximaliste de la CGT face au programme Fillon se retournera immanquablement contre les intérêts des salariés françaisQuand la CGT persiste à défendre le statut archaïque de la SNCF, l’Allemagne revalorise de 7,5 % les salaires de sa fonction publique. Cherchez l’erreur !Violences du 1er mai : comment les Black Blocks nous font basculer dans une nouvelle ère

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !