Gilets jaunes : Priscillia Ludosky accorde un entretien au Financial Times | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Social
Gilets jaunes : Priscillia Ludosky accorde un entretien au Financial Times
©BERTRAND GUAY / AFP

Anniversaire du mouvement

Gilets jaunes : Priscillia Ludosky accorde un entretien au Financial Times

Priscillia Ludosky, l'une des initiatrices du mouvement des Gilets jaunes, s'est confiée à la rédaction du Financial Times. Elle a notamment indiqué qu'elle préparait "quelque chose de grande ampleur" pour le premier anniversaire.

Alors que le premier anniversaire du mouvement approche, le 17 novembre prochain, l'une des figures majeures du mouvement, Priscillia Ludosky, a accordé une interview au célèbre quotidien économique britannique Financial Times

Elle a évoqué le mouvement des Gilets jaunes qui selon elle a permis "aux gens de sortir de la solitude et de partager leurs problèmes". Priscillia Ludosky a été très lucide sur le mouvement : 

"Je ne dirais pas que c'est un succès, mais cela a changé beaucoup de choses. Les gens se sont entraidés, il y a eu un grand mouvement de solidarité et de fraternité, qui n'existaient plus en France tant nous sommes pris dans les ennuis de la vie quotidienne". 

Elle considère que la mobilisation a également permis à de nombreuses personnes de "s'exprimer dans les médias et de mettre en avant leur point de vue" alors qu'ils n'y ont généralement pas accès.

Elle a également évoqué le sujet de la démission du président de la République Emmanuel Macron et du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner :

"Au début, lorsque les gens criaient : "Macron démission". On m’a dit :  "On ne vous entend pas crier avec nous". J'ai répondu que "je n'étais pas ici pour faire démissionner Macron, je suis ici pour dénoncer et combattre les problèmes dont je parle, que ce soit lui ou quelqu'un d'autre en charge. Mais maintenant, compte tenu de la façon dont il a traité la crise des Gilets jaunes  oui, je pense qu’aujourd’hui, ce serait bien qu’il démissionne, et en particulier [Christophe] Castaner [le ministre de l’Intérieur]".

Priscillia Ludosky considère qu'Emmanuel Macron est "très déconnecté de la réalité, des gens de terrain". 

Cet article a été publié dans la page du Financial Times intitulée "Un déjeuner avec le FT". Le journaliste du Financial Times a rencontré Priscillia Ludosky dans un centre commercial de Seine-et-Marne dans le cadre de cet entretien.

Priscillia Ludosky avait lancé une pétition en ligne contre l'augmentation du prix de l'essence au tout début du mouvement. Cette initiative avait rassemblé plus d'un million de signatures. Elle avait ensuite appelé à manifester le 17 novembre 2018. 

Priscillia Ludosky a confirmé qu'elle aidait à préparer "quelque chose de grande ampleur" pour le 17 novembre 2019. Elle a également l'intention de créer un "lobby des citoyens" afin de mettre en avant certaines problématiques. 

"L'idée est de créer un réseau dans toute la France pour mobiliser les gens sur des questions complètement négligées. J'ai souvent entendu des personnes se plaindre que tout le monde se fiche des problèmes au niveau départemental. Certains souffrent d'un chômage extrêmement sérieux. Ailleurs, la pollution de l'air rend tout le monde malade. A Carcassonne, l'arsenic contamine la terre et l'eau".

La mobilisation des Gilets jaunes pourrait donc être important le 17 novembre prochain. 

Financial Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !