Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France

Casseur-payeur

Gilets jaunes : les appartements d'un casseur saisis pour rembourser ses dégradations

Deux hommes ont été condamnés pour avoir incendié une station-service et des radars automatiques.

Magasins vandalisés, immeubles détériorés, brasseries et kiosques incendiés, banques saccagées… Six mois après le début du mouvement des Gilets jaunes, les dommages matériels causés par les manifestations, souvent émaillées de débordements, sont importants. Et pour la première fois, des casseurs ont été frappés durement au portefeuille.

A Draguignan, huit équipements ont été incendiés et détruits le long de l'autoroute A8 entre le 26 décembre et le 8 mars,dont une station-service Hyper U aux Arcs et des radars automatiques de contrôle de vitesse. Après l'ouverture d'une information judiciaire pour destruction par incendie en bande organisée, deux Gilets jaunes ont été identifiés et interpellés le 13 mai. Mis en garde à vue, ils ont été mis en examen et écroués le 15 mai. En détention provisoire depuis cette date, les deux hommes, dont l'un était déjà connu de la police, ont été identifiés grâce aux caméras de la station-service, des traces ADN et la géolocalisation des téléphones portables.

Le Point annonce que le juge d'instruction a requis au parquet une ordonnance de saisie à la valeur du patrimoine de l'un des mis en cause.Il s'agit de trois appartements achetés à crédit, dont la valeur est estimée à 175 000 euros. Les dégâts sont, eux, estimés à 233 000 euros.

 

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !