Gérald Darmanin a annoncé que le gouvernement allait proposer l'interdiction de l'acquisition et de la détention des armes de guerre transformées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Gérald Darmanin
Gérald Darmanin
©Capture d'écran France 3

Armes

Gérald Darmanin a annoncé que le gouvernement allait proposer l'interdiction de l'acquisition et de la détention des armes de guerre transformées

Le ministre a fait cette déclaration dans la gendarmerie à laquelle appartenaient trois gendarmes tués en décembre dernier

Le ministre de l'Intérieur, Gerald Darmanin était en déplacement, hier jeudi, dans le Puy-de-Dôme pour rendre hommage aux trois gendarmes tués par un forcené en décembre dernier. "Je proposerai très prochainement d'interdire l'acquisition et la détention des armes de guerre transformées qui sont aujourd'hui en circulation", a déclaré le ministre lors d'un discours, prononcé à la gendarmerie d'Ambert à laquelle étaient rattachés les trois militaires tués le 22 décembre à Saint-Just par Frederik Limol. Les trois agents intervenaient pour violences conjugales lorsqu'ils ont été abattus par le forcené armé d’un fusil et d’une arme de poing signale LCI.

Un "décret" sera pris "dans les prochains jours", a précisé l'entourage de Gérald Darmanin qui a aussi évoqué un article présenté lundi en Conseil des ministres qui vise "à renforcer les interdictions d'armes". Le texte doit encore être discuté au Parlement.

En mai dernier, Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, estimait que la confiscation automatique des armes en cas de plainte pour violences intrafamiliales n'est pas suffisamment appliquée. "Sur les 39 féminicides recensés depuis le début de l'année, 13 ont été commis par arme à feu", a-t-elle déclaré.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !