Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gaza : le président palestinien Mahmoud Abbas annonce un cessez-le-feu, Israël confirme
©

Négociations

Gaza : le président palestinien Mahmoud Abbas annonce un cessez-le-feu, Israël confirme

Contrairement aux cessez-le-feu précédents, celui-ci devrait être permanent et mettre un terme définitif aux combats qui durent depuis cinquante jours.

Cinquante jours après le début d'une guerre qui fait plus de 2 000 morts dans la bande de Gaza, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé un accord de cessez-le-feu permanent avec Israël. Le cessez-le-feu devait débuter à 16 heures GMT ce mardi 26 août (18 heures heure française), selon un responsable palestinien présent au Caire, où l'Egypte a joué le rôle d'intermédiaire depuis le début du conflit. Quelques temps plus tard, une source gouvernementale israélienne a confirmé qu'Israël acceptait un cessez-le-feu "illimité". 

Selon l'agence égyptienne MENA, un communiqué officiel  donnera les détails du compromis auquel sont arrivés les deux camps. Contrairement aux cessez-le-feu précédents, celui-ci devrait être permanent et mettre un terme définitif aux combats. Selon des responsables palestiniens, la proposition égyptienne sur laquelle les deux camps se seraient entendus prévoit : une cessation illimité des hostilités, l'ouverture immédiate des points de passages entre Gaza, Israël et l'Egypte (cela signifie une levée partielle du blocus en vigueur depuis 2006) et un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée.

Puis, un mois après l'arrêt du conflit, Israéliens et Palestiniens devraient entamer des négociations sur la construction d'un port à Gaza. Ils devraient également discuter au sujet de la libération de membres du Hamas détenus en Cisjordanie occupée.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !