Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Oups

François Hollande était au courant des problèmes de Thomas Thévenoud avec le fisc et de sa "phobie administrative"

L’ancien chef de l’Etat "pensait que c'était réglé", affirment plusieurs de ses proches.

Il était au courant mais pensait l’affaire close. D’après un article de franceinfo, François Hollande savait que Thomas Thévenoud était en délicatesse avec le fisc (sa fameuse phobie administrative) quand il l'a choisi comme secrétaire d'État au Commerce extérieur. Mais l’ancien chef de l’Etat "pensait que c'était réglé", affirment plusieurs de ses proches.

Au printemps 2014, Thomas Thévenoud, élu député deux ans plus tôt, est pressenti pour faire partie du premier gouvernement Valls. Toutefois, ses démêlés avec l’administration fiscale empêchent sa nomination. Il faudra donc attendre le remaniement d’août 2014 pour qu’il devienne finalement secrétaire d’Etat au Commerce extérieur…mais avec une situation fiscale inchangée.

Les raisons de cet imbroglio : "un rush incroyable", lors du remaniement en question. Un proche conseiller de l'ancien président de la République se souvient d'un épisode quasi surréaliste : quelques minutes avant l’annonce du remaniement, François Hollande a montré la liste à son ami Michel Sapin, le ministre des Finances, qui a sursauté. "C’est bien réglé son affaire ?" a alors lancé le président, tandis que Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Élysée, commençait à annoncer le nouveau gouvernement sur le perron.

Neuf jours après sa nomination comme secrétaire d’Etat, Thomas Thévenoud a démissionné du gouvernement à la suite des révélations sur sa situation. Il a depuis mis fin à sa carrière politique.

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !