Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Alliés

François Bayrou : "la majorité a besoin de voix libres, pas de corset"

François Bayrou a clos l’université de rentrée du Modem, à Guidel, ce dimanche, par un discours prononcé devant le délégué général de La République en Marche Christophe Castaner.

Le président du MoDem François Bayrou a déclaré dimanche que "la majorité a besoin de voix libres, pas de corset", en clôture de l'université de rentrée de son mouvement. Il s'est exprimé après son invité Christophe Castaner pour un discours visant à rappeler l'unité entre le Modem et LREM.

"Le tsunami politique des présidentielles 2017 est un événement majeur. Ce n’est pas un accident ni une parenthèse. Les gens se sont tournés vers nous comme un ultime recours. Attention à ne pas oublier le renouvellement de ce pacte républicain", a-t-il dit. "Nous avons la charge de deux partis différents par leurs histoires, mais proches par leurs aspirations", a-t-il souligné, ajoutant que "plusieurs dizaines de députés membres du groupe en marche avaient été membres du MoDem dans leur histoire".

Le Modem avait depuis sa création en 2007 vocation à "faire lever une génération qui renouvelait le clivage droite gauche", a expliqué François Bayrou. Cette "proximité dans les aspirations nous oblige à parler non pas comme concurrents mais en co-responsables, chacun à sa place mais aussi chacun dans cette égale certitude de cette responsabilité. La majorité a besoin de voix libres qui s'expriment en son sein, pas de corset. Quand on est responsable, on a envie que tout soit carré, mais la liberté d'expression, de pensée est beaucoup plus fructueuse".

Citant l’affaire Benalla "qui ne méritait pas un tel barouf", l’urgence écologique, mais aussi les prochaines élections européennes, François Bayrou a adressé un conseil au président de la République : "La rentrée a été difficile. Tous les présidents, à un moment ou un autre, se sont sentis assiégés. Mais aujourd’hui, il faut rompre le siège en s’adressant plus souvent aux Français."

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Borloo, Bertrand, Villepin, Bayrou... pourquoi la pluie de critiques de ceux qui l’ont (plus ou moins) accompagné pourrait rendre service à Emmanuel MacronJournées parlementaires du Modem : François Bayrou face au défi du contrôle du centre-droit d’ici 2022Financement des partis politiques : François Bayrou et Marine Le Pen font cause commune

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !