Financement libyen de la campagne de 2007 : en fuite au Liban, Ziad Takieddine retire ses accusations à l'encontre de Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Ziad Takieddine financement libyen Kadhafi campagne 2007 Nicolas Sarkozy justice rebondissement
Ziad Takieddine financement libyen Kadhafi campagne 2007 Nicolas Sarkozy justice rebondissement
©PHILIPPE LOPEZ / AFP

Nouveau rebondissement

Financement libyen de la campagne de 2007 : en fuite au Liban, Ziad Takieddine retire ses accusations à l'encontre de Nicolas Sarkozy

En fuite à Beyrouth, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a décidé, mercredi 11 novembre, de retirer ses accusations à l'encontre de Nicolas Sarkozy dans l'affaire du financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007. "La vérité éclate enfin", selon Nicolas Sarkozy.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du financement libyen présumé de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy. Selon des informations de Franceinfo, en fuite à Beyrouth après avoir été condamné en juin en France dans le volet financier de l'affaire Karachi, l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a décidé, ce mercredi 11 novembre, de retirer ses accusations à l'encontre de Nicolas Sarkozy dans l'affaire du financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007.

Ziad Takieddine change de version et assure désormais qu'il "n'y a pas eu de financement de campagne présidentielle de Sarkozy" par le régime de Kadhafi.

Dans une vidéo dévoilée par Paris Match et BFMTV, le principal accusateur de l'ancien président assure "haut et fort" avoir été manipulé par l'ancien juge d'instruction en charge du dossier.

"Je le dis haut et fort, or ce juge Tournaire (NDLR : l'ancien juge d'instruction en charge du dossier) a bien voulu tourner ça à sa manière et me faire dire des propos qui sont totalement contraires aux propos que j'ai dits (...) : il n'y a pas eu de financement de campagne présidentielle de Sarkozy. Jamais. [...] Je confirme que ceci n’est pas vrai. Monsieur Sarkozy n’a pas eu un financement libyen pour la campagne présidentielle, ni Monsieur Kadhafi ne pouvait le faire parce qu’il ne le faisait jamais".

Le Liban n'a aucune obligation de livrer Ziad Takieddine aux autorités françaises.

"La vérité éclate enfin", s'est aussitôt félicité Nicolas Sarkozy sur les réseaux sociaux. L'ancien chef de l’Etat, mis en examen pour "associations de malfaiteurs" le 16 octobre dernier dans cette affaire, estime que ce revirement met la procédure judiciaire sur ce dossier "dans une impasse complète".

Retrouvez l'intégralité du communiqué de Nicolas Sarkozy

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !