Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Crédits Photo: Loop Sider
Un producteur de musique tabassé par le spoliciers

Bavure

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

Une caméra de sécurité et des images faites par des témoins montrent un long tabassage alors qu'ils l'ont accusé de les avoir agressés

"Je me félicite que l’IGPN ait été saisie par la justice dès mardi. Je demande au préfet de police de suspendre à titre conservatoire les policiers concernés. Je souhaite que la procédure disciplinaire puisse être conduit dans les plus brefs délais." a déclaré sur Twitter Gérald Darmanin après la diffusion d'une vidéo révélée par le site Loopsider montrant plusieurs policiers entrant de force dans un studio de musique, avant de tabasser longuement, un homme noir, producteur de musique.

La scène s'est déroulée samedi dernier à 19.40 h, à Paris dans 17e. Le producteur n'avait pas de masque, il est donc rentré dans son bureau, espèrant échapper à une amende, alors qu'une voiture de police arrivait au même moment. Mais les policiers ont forcé la porte avant d'entrer et de se jeter sur lui, de le frapper et de l'insulter. Une fois repoussés, les policiers sortent leurs armes, jettent une grenade lacrymogène dans le local, avant de l'emmener et de l'accuser de rebellion dans leur procès-verbal. 9 jeunes artistes qui étaient présents dans le studio ont auss été mis en cause par les policiers.  Il est placé en garde à vue pendant 48 h. Et se voit ensuite prescrire six jours ITT

Les policiers concernés ont été suspendus. Ils sont visés par une enquête du parquet pour "violences" et "faux en écriture publique". La procédure lancée contre le producteur, elle, a finalement et classée sans suite indique l'Obs. 

A lire aussi : Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !