Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©Reuters

Chaos urbain

Explosion des embouteillages, nuisances sonores : un rapport fustige la piétonnisation des voies sur berges à Paris

D’après le texte de 61 pages, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, la fermeture à la circulation des voies sur berges a provoqué des tensions dans la capitale intramuros mais aussi en dehors.

Automobilistes parisiens, la patience est désormais votre (seule) alliée. Selon un rapport commandé par Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, la fermeture à la circulation des voies sur berge parisiennes suscite de fortes perturbations sur le trafic automobile francilien. Car d’après le texte de 61 pages, dont Le Figaro a pu prendre connaissance,  la piétonnisation a non seulement provoqué des tensions dans la capitale intramuros mais aussi en dehors : périph saturé, boulevard Saint-Germain congestionné, A 86 bouchée…

Depuis la fermeture très controversée de la berge aux automobilistes, voulue par Anne Hidalgo, Valérie Pécresse a choisi de confier à un comité d'experts indépendant le suivi de l'évolution du trafic, et d'en publier chaque mois les résultats. Et les chiffres sont éloquents… Le journal rapporte "qu’aux heures de pointe le soir, le temps de parcours a augmenté de 16 % du côté de Vélizy (Yvelines) sur la rocade de l'A86". Par ailleurs, "il est en progression de 22 % sur le même axe entre Thiais et Créteil (Val-de-Marne). Dans ce secteur, la situation est d'ailleurs plus critique le matin, avec une aggravation de 28 %. Déjà saturé aux heures de pointe, le périphérique accuse, quant à lui, des embouteillages plus lourds surtout à l'ouest de Paris. Sur certains tronçons, le temps de parcours le soir est plus long de 11 %, voire de 20 %. Le matin, la perte de temps supplémentaire derrière un volant peut même aller jusqu'à 25 %".

Dans Paris, les voies de reports sont irrémédiablement prises d’assauts... pour des temps d’attente en nette hausse : le trafic a bondi de 51 % sur une partie des quais hauts,  depuis la fermeture de la voie basse, et de 21 % sur le boulevard Saint-Germain, autre axe de report. Et le rapport pointe également du doigt les nuisances sonores, multipliées par deux sur une partie des quais hauts.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !