Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Tête de liste

Européennes : Ségolène Royal révèle qu'elle ne sera finalement pas candidate

Ségolène Royal a indiqué qu'elle n'allait pas se présenter aux élections européennes. Elle reprend sa liberté de ne pas être candidate.

L'ancienne candidate à l'élection présidentielle Ségolène Royale était invitée sur les ondes de France Inter ce vendredi. L'ancienne ministre socialiste de l'Environnement s'est notamment exprimée sur la future campagne des élections européennes. 

Au mois de décembre, Ségolène Royal avait indiqué qu'elle était prête à participer à une liste électorale dont elle ne prendrait pas la tête. En novembre dernier, elle avait refusé de répondre à la proposition du PS pour devenir la tête de liste de la formation politique. 

Ségolène Royal a donc évoqué son choix ce vendredi 12 janvier au micro de France Inter :

"Les choses sont simples, j'avais posé comme condition que je puisse structurer et créer une convergence et ces conditions ne sont pas remplies. Je reprends ma liberté de ne pas être candidate. C’est assez désolant de ne pas réussir à se mobiliser. J'avais posé comme condition pour répondre à l'aimable pression de mes amis de pouvoir structurer et créer une convergence et un rassemblement des écologistes, de la gauche, des démocrates et de la société civile. Ces conditions ne sont pas remplies puisqu'un certain nombre de partenaires ont refusé. Et par conséquent je reprends ma liberté de ne pas être candidate. (…) Je suis désolée que cette union, ce rassemblement ne se fassent pas parce que nous avons devant nous des défis absolument considérables". 

L'ancienne candidate à la présidentielle a dévoilé sa tristesse, sa déception et ses craintes dans le cadre du scrutin européen face à la menace des courants populistes.

"Si au lendemain des élections européennes, nous avons un chaos au niveau du Parlement européen, une forte montée en puissance des nationalismes parce qu'il n'y aura pas eu d'offres politiques enthousiasmantes crédibles, ce sera de la responsabilité de ceux qui ont fait passer l'esprit d'appareil et les egos avant le rassemblement au service d'un idéal et d'une cause. Ce choix politique est une faute grave à un moment de basculement, vers le pire ou vers le meilleur".

Ségolène Royal ne sera donc pas tête de liste à gauche pour les élections européennes de mai 2019. 

Franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !