Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Rattrapée par son passé

Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite

D'après Mediapart, la tête de liste LREM aux élections européennes avait participé en 1984 à des élections étudiantes sous l'étiquette de l'Union des étudiants de droite (UED).

Selon Mediapart, Nathalie Loiseau, la tête de liste LREM aux prochaines élections européennes, s'était engagée aux côtés des militants d'extrême droite lors des élections des délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de Sciences-Po Paris, en janvier 1984. A l'époque, Nathalie Ducoulombier était en sixième position sur la liste "commission paritaire" de l'Union des étudiants de droite (UED), révèle Mediapart qui a consulté un document "conservé dans les archives officielles de Sciences-Po Paris".

"Je regrette d'avoir été associée à ces gens-là"

L'entourage de l'ancienne ministre avait d'abord démenti cette information. Mais finalement, Nathalie Loiseau a répondu, elle-même, à cette polémique en reconnaissant "une erreur". "A ce moment-là, j'ai été, d'après mes recoupements - parce que pour être tout à fait honnête j'avais complètement oublié cet épisode -, approchée pour participer à une liste qui voulait accentuer le pluralisme à Sciences-Po, alors quasi inexistant, et qui cherchait des femmes. J'ai dit oui", a-t-elle déclaré, assurant ne pas s'être "plus que cela intéressée à cette liste".

"Si ceux qui étaient sur la liste avaient un agenda extrémiste, je ne les ai pas fréquentés, je ne l'ai pas perçu, et si c'est le cas c'est une erreur. Si j'avais identifié des membres du GUD sur cette liste, évidemment que je n'aurais pas accepté d'y figurer. Je regrette d'avoir été associée à ces gens-là", a-t-elle également précisé.

 

Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !