Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Du rab'

Emmanuelle Cosse veut étendre l'encadrement des loyers à d'autres villes que Lille et Paris

La ministre du Logement réfléchit aussi à la reconduction en 2017 du dispositif d’investissement locatif Pinel.

Paris et Lille ne seront bientôt plus les seules villes concernées. Mercredi 23 mars, la nouvelle ministre du Logement Emmanuelle Cosse a annoncé que l’encadrement des loyers pourrait être étendu à d'autres villes. L’ancienne patronne écologiste a notamment cité Grenoble, qui "débute la mise en place de son observatoire des loyers", qui constitue l’étape préalable à un encadrement- pour une application dans 18 à 24 mois. "Il y a aussi débat pour la banlieue parisienne" a-t-elle indiqué.

Mais qu’est-ce que l’encadrement des loyers ? Cette mesure phare de la loi Alur prévoit qu'à la signature d'un nouveau bail ou lors d'un renouvellement, le loyer d'un logement ne puisse dépasser de 20% un loyer de référence (ni lui être inférieur de 30%). A Paris, la mesure est en vigueur depuis août 2015, Lille passera sous ce régime dès fin 2016, a promis Emmanuelle Cosse.

Par ailleurs, la ministre a défendu le dispositif Pinel. "Il y a une volonté très claire de prolonger les outils qui sont utiles pour la construction de logements", souligne-t-elle." Et le dispositif Pinel fonctionne très bien. Actuellement, il y a une discussion pour savoir s’il sera prolongé."

Le Figaro note que si certaines dispositions de la loi Alur apparaissent être des réussites, d’autres sont fort mal respectées, notamment les règles imposées aux agences immobilières.

>>>>> A LIRE AUSSI : Après le travail à domicile, l'encadrement des loyers : et hop, le gouvernement déclenche une nouvelle machine à black

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !