Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©CHARLES PLATIAU / POOL / AFP

Aveu

Emmanuel Macron dit qu'il se considère comme un Gaulois réfractaire dans une longue interview à l'Express

Selon le président être un homme blanc peut être vécu comme un privilège

"Cela avait été très mal compris quand j'avais dit que nous étions un peuple de Gaulois réfractaires, mais je m'incluais dans les Gaulois réfractaires ! Nous sommes un pays qui peut produire la crise des gilets jaunes, être extrêmement dur, vocal et, en même temps, nous sommes l'un des pays d'Europe où le confinement a été le plus respecté. " déclare Emmanuel Macron dans une longue interview à l'Express, réalisée depuis l'Elysée où se trouvaient les journalistes tandis que le président était toujours à l'isolement dans la résidence officielle de La Lanterne, 

Macron estime que "L'Etat est tenu responsable de nos malheurs. Quand un problème surgit, les élus locaux dénoncent les manques ou les faiblesses de l'Etat, mais chacun se tourne vers l'Etat quand l'urgence ou la gravité sont là". 

Face aux crises dont celle du coronavirus, selon lui "Le problème clef pour moi, c'est l'écrasement des hiérarchies induit par la société du commentaire permanent : le sentiment que tout se vaut, que toutes les paroles sont égales, celle de quelqu'un qui n'est pas spécialiste mais a un avis sur le virus vaut la voix d'un scientifique." 

Le président considère que "nous sommes entrés dans une société de l'émotion permanente et donc de l'abolition de toute acceptation de la complexité." et il illustre ce pro"pos ainsi : "Je me suis construit dans la haine, dans le rejet de l'esprit de défaite et de l'antisémitisme de Pétain mais je ne peux pas nier qu'il fut le héros de 1917 et un grand militaire.

Il conclut en reconnaissant qu'être "un homme blanc peut être vécu comme un privilège même si, évidemment, quand on regarde les trajectoires individuelles, chacun a sa part de travail, de mérite".

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !