Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron a "déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014", d'après le site Mediapart
©Reuters / Philippe Wojazer

Rattrapé

Emmanuel Macron devra bien payer l’impôt sur la fortune

Le ministre estimait jusqu'ici le patrimoine de son couple en-dessous de la barre des 1,3 millions d'euros d'actifs nets taxables, soit la limite qui lui permettait de ne pas avoir à payer l'ISF.

Selon les révélations conjointes du Canard enchaîné et de Mediapart, le ministre de l'Economie devra désormais payer l'impôt sur la fortune (ISF). Au terme "d'un an et demi de discussions" avec l'administration fiscale, Emmanuel Macron a finalement "admis" qu'il devait s'acquitter de cet impôt. 

Le jeune ministre estimait jusqu'ici le patrimoine de son couple en-dessous de la barre des 1,3 millions d'euros d'actifs nets taxables, soit la limite qui lui permettait de ne pas avoir à payer l'ISF. Ce seuil fatidique a donc été franchi après "une réévaluation du patrimoine immobilier du couple".

Emmanuel Macron a "déposé une déclaration rectificative pour les années 2013 et 2014", d'après le site Mediapart, qui ajoute que "le rattrapage devrait toutefois rester inférieur à 10 000 euros, intérêts ou pénalités compris", eu égard au faible taux de taxation appliqué sur les premières tranches de l'ISF.

Contacté par Mediapart, le cabinet du ministre de l'Economie a tenu à préciser que "la situation fiscale des époux Macron est tout à fait régulière" et qu'ils n'ont été visés par "aucune notification d'un redressement", n'ayant pas cherché à cacher une partie de leur patrimoine au fisc. 

>>>> À lire aussi : Une démission de Macron ? "la question lui sera posée" affirme Stéphane Le Foll

 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !