Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles, un confinement étendu en métropole et précise les contours du calendrier vaccinal pour freiner la 3ème vague de l’épidémie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles, un confinement étendu en métropole et précise les contours du calendrier vaccinal pour freiner la 3eme vague de l’épidémie
Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles, un confinement étendu en métropole et précise les contours du calendrier vaccinal pour freiner la 3eme vague de l’épidémie
©Ludovic MARIN / AFP

« Mobilisation de chacun »

Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles, un confinement étendu en métropole et précise les contours du calendrier vaccinal pour freiner la 3ème vague de l’épidémie

Emmanuel Macron a précisé lors de son allocution ce mercredi 31 mars que les restrictions sanitaires dans les 19 départements vont être étendues à tout le territoire et a annoncé la fermeture des crèches, des écoles, des collèges et des lycées pendant trois semaines pour lutter contre la Covid-19 tout au long du mois d'avril.

Le président de la République, Emmanuel Macron, a pris la parole ce mercredi 31 mars à 20 heures pour présenter les nouvelles mesures face à la situation épidémique. Les mesures des 19 départements seront étendues à l’ensemble du territoire. Les écoles vont fermer pendant trois semaines.

Emmanuel Macron s’est adressé aux Français ce mercredi soir pour une nouvelle allocution sur la crise sanitaire. Le chef de l’Etat a appelé mercredi les Français à « la mobilisation de chacun » pendant le mois d'avril face à la pandémie du Covid-19 :

« Si je m'adresse à vous ce soir c'est pour appeler à la mobilisation de chacun pour ce mois d'avril où beaucoup se joue. (…) Si nous savons rester unis, solidaires, alors nous verrons le bout du tunnel ».

Le président de la République a dévoilé de nouvelles mesures pour freiner l’épidémie face à la virulence de la troisième vague et du variant. Les règles en vigueur dans les 19 départements en vigilance renforcée seront étendues à tout le territoire. La plupart des commerces seront fermés et il sera interdit de se déplacer à plus de 10 km :

« Les règles en vigueur dans les 19 départements en vigilance renforcée seront étendues à tout le territoire métropolitain dès samedi soir et pour quatre semaines. Plus aucune région métropolitaine n'est aujourd'hui épargnée. Chacun doit veiller non pas à s'enfermer mais à limiter au maximum les contacts, les rencontres ».

Le chef de l’Etat a fait le bilan de la stratégie française et du refus de déployer un confinement strict ces derniers mois :  

« Nous avons tous consenti des efforts importants et le virus a continué de circuler et il circule encore aujourd'hui. Là où nos voisins ont décidé de confiner, il y a plusieurs mois maintenant, nous avons gagné des jours précieux de liberté, gardé des jours d'apprentissage pour nos enfants. Nous avons donc, je le crois, bien fait. Croire en la responsabilité des Français, ce n'est jamais un pari ».

L’une des grandes annonces de ce mercredi concerne l’Education nationale et les écoles. Les fermetures, les cours à distance et les vacances seront généralisés pendant ce mois d’avril :

« S'agissant des écoles, nous devons être conscients de nos devoirs vis-à-vis de notre jeunesse. Nous pouvons nous féliciter d'avoir maintenu ouvertes nos écoles depuis septembre 2020, a affirmé Emmanuel Macron. Nous faisons partie des rares pays à avoir fait ce choix alors que nous avons été très frappés par l'épidémie. Nous l'avons fait en conscience, car l'éducation est le combat du siècle. Oui, le virus circule dans les établissements scolaires, mais pas plus qu'ailleurs. Mais l'école n'est pas négociable. Nous devons prendre nos responsabilités. Nous allons fermer pendant 3 semaines les crèches, les écoles, les collèges et les lycées, c'est pour cela que le calendrier scolaire sera adapté pour ne pas laisser nos enfants seuls et sans apprendre ».

A partir du 5 avril, les élèves auront une semaine de cours à la maison. « Les deux semaines suivantes, à partir du 12 avril, la France entière sera placée en vacances de printemps. La rentrée aura lieu pour tous le 26 avril. Physiquement, pour les maternelles et primaires, à distance pour les collégiens et les lycées. Le 3 mai, les collégiens et lycéens pourront retrouver les cours en physique avec des jauges adaptées », selon les précisions d’Emmanuel Macron.

La reprise des cours en présentiel aura lieu le 26 avril pour les maternelles et les primaires.

Les étudiants pourront continuer à se rendre à l'université pour une journée de cours par semaine.

Les parents qui devront garder leurs enfants et ne peuvent pas télétravailler auront droit au chômage partiel.

Les déplacements entre les régions seront autorisés et tolérés durant le week-end de Pâques avant l'application des limitations de déplacements instaurés pour quatre semaines sur tout le territoire :

« Qui souhaite changer de région pour aller s'isoler pourra le faire durant ce week-end de Pâques. (…) Les Françaises et les Français de l'étranger qui veulent rentrer en France pourront aussi le faire à tout moment ».

Emmanuel Macron a plaidé pour la généralisation du télétravail :

« Le couvre-feu à 19h est maintenu partout, le télétravail qui est sans doute la mesure la plus efficace, sera systématisé. J'appelle tous les travailleurs et les employeurs à y avoir recours, les commerces seront fermés. Les citoyens qui souhaitent changer de région pour s’isoler pourront le faire pour ce week-end de Pâques ».

Emmanuel Macron a précisé que les lits de réanimation seront augmentés :

«Je veux ici remercier les étudiants en médecine, les retraités, le service de santé des armées, tous les volontaires de la réserve sanitaire. Tous sont mobilisés, seront mobilisés de manière accrue. (…) Pour augmenter encore le nombre de personnes en réanimation sans trop déprogrammer, ils seront appuyés par des renforts supplémentaires. Le nombre de lits en réanimation a déjà été porté à 7.000. Nous voulons monter notre capacité à un peu plus de 10.000 lits dans les prochains jours ».

Il a précisé que 44% des patients en réanimation ont aujourd'hui moins de 65 ans.

Le chef de l’Etat a tenu à souligner l’urgence de la situation entre les cas de contaminations, la circulation du virus et l’accélération de la campagne vaccinale.

« Nous sommes entrés dans une course de vitesse. D'un côté le déploiement de la vaccination qui permet d'espérer une sortie de crise et de l'autre la propagation dans toute l'Europe d'une nouvelle forme de virus. Et l'apparition du variant anglais a fait apparaître une épidémie dans l'épidémie. Aucune région métropolitaine n'est désormais épargnée ».

Emmanuel Macron a tenu à donner une perspective et un calendrier à certaines professions durement impactées par la crise sanitaire. Le chef de l’Etat a évoqué la possibilité d’une réouverture dès la mi-mai de certains lieux de culture et des terrasses de cafés et de restaurants « sous conditions ».

« Je reviendrai vers vous prochainement pour préciser un agenda de réouverture et pour que chacun puisse se projeter. Dès la mi-mai, nous commencerons à rouvrir certains lieux de culture. Nous autoriserons sous conditions l'ouverture de terrasses et nous allons bâtir, entre la mi-mai et le début de l'été, un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, le loisir, l'événementiel, nos cafés et restaurants (…) Les efforts d'avril, d'une part, et le déploiement de la vaccination d'autre. C'est cette tenaille qui va nous permettre de contenir progressivement ce nouveau virus, cette tenaille qui va nous permettre, à partir de la mi-mai, de commencer à rouvrir progressivement le pays, à retrouver cette culture qui nous a manqué et à retrouver les lieux de rencontre, les commerces, à retrouver cet art de vivre à la française que sont les restaurants, les cafés que nous aimons tant ».

Le président a également fait un bilan de la campagne vaccinale et a donné de nouvelles précisions sur les objectifs :

« D'ici à la fin de l'été tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés. Parce que c'est la clé pour renouer avec la vie, la clé pour rouvrir notre pays ».

La vaccination sera ouverte aux 60-70 ans dès le 16 avril, aux 50-60 ans à partir du 15 mai, aux moins de 50 ans à la mi-juin :

« Plus de 8,5 millions (de personnes) à avoir reçu une injection de vaccin. 3 millions à en avoir reçu deux. Le vaccin est efficace. La meilleure preuve de cette efficacité se voit dans les chiffres et dans la mortalité de nos concitoyens de plus de 80 ans. La mortalité a très fortement diminué. Elle est dans la situation des résidents des établissements de retraite qui ont pu progressivement reprendre une vie normale. (…) Il faut vacciner le plus vite possible, et les plus fragiles. Nous devons vacciner sans répit, sans jour fériés, le samedi le dimanche comme la semaine. Pour les vaccins Pfizer et Moderna, de nombreux centres ont ouvert, grâce à l'engagement des maires. Pour les vaccins AstraZeneca et demain Pfizer, 250.000 professionnels sont mobilisés pour vacciner avec ».

Le calendrier vaccinal a été détaillé :

« Si vous avez plus de 55 ans et souffrez de diabète, de surpoids ou d'hypertension, vous pouvez prendre rendez-vous chez votre médecin pour vous faire vacciner avec AstraZeneca. Si vous avez plus de 75 ans, vous avez déjà peut être reçu des appels, car l'ensemble des 75 ans qui n'ont pas réussi à obtenir un rendez-vous seront appelés par nos services. À partir du 16 avril, les plus de 60 ans. À partir du 15 mai, les premiers rendez-vous seront ouverts pour les plus de 50 ans. Et à partir de la mi-juin, pour tous les Français de moins de 50 ans ».  

Emmanuel Macron a appelé les Français à la mobilisation face à la pandémie pour ce mois d’avril : 

« Mais d'ici là, je sais pouvoir compter sur mes chers compatriotes. Je sais qu'il y a beaucoup de lassitude, de fatigue. Nous pouvons nous dire que nous aurions pu faire mieux, que nous avons commis des erreurs. Tout cela est vrai, mais nous avons appris et nous nous sommes à chaque fois améliorés. Alors oui, aujourd'hui, pour le mois qui vient, il nous faut mobiliser, nous mobiliser pour nos aînés et les plus fragiles et nous mobiliser pour nos enfants pour les protéger et leur permettre de continuer à apprendre et leur préparer le pays, le continent, le monde auquel ils ont droit. Nous tiendrons unis et déterminés ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !