Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Éleveurs : François Hollande se dit "aux côtés des agriculteurs"
©Reuters

"Nous devons agir"

Éleveurs : François Hollande se dit "aux côtés des agriculteurs"

"L'agriculture française est en Europe, c'est une réalité" déclarait Stéphane Le Foll au micro de France Inter ce lundi matin.

François Hollande a réitéré au cours d'un déplacement dans le Var, l'ambition du gouvernement de soutenir la cause des éleveurs. "Nous devons agir. Notre ministre de l'Agriculture a fait en sorte que nous puissions faire la pression nécessaire sur les distributeurs, les transformateurs, les abatteurs. [...] C'est l'ensemble de ces actions qui produira leurs effets", a expliqué le président. "Et je n'oublie pas la réunion du conseil européen sur l'agriculture. D'ici là, nous continuons la pression. Que les agriculteurs soient sûrs, actions ou pas actions, que nous sommes à leurs côtés".

Suite aux mesures d'urgence adoptées par le gouvernement et à la hausse des prix de la viande de bœuf, de porc et du lait, les agriculteurs ont érigé des barrages aux frontières de l'Espagne et de l'Allemagne afin de dénoncer les "distorsions de concurrence" étrangère. "L'agriculture française est en Europe, c'est une réalité" déclarait Stéphane Le Foll au micro de France Inter ce lundi matin. "La France et les productions françaises exportent aussi dans ces pays (l'Espagne et l'Allemagne)" a indiqué le ministre de l'Agriculture, estimant qu'"il faut respecter qu'en Europe on essaie de trouver des solutions à l'échelle des institutions qui sont faites pour ça". En France, "il faut qu'on soit déterminé sur la cohérence de ce qu'on met en place" a fait valoir Stéphane Le Foll appelant à "mieux répartir l'effort entre tous les maillons".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !