Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Crédits Photo: Theo Rouby / AFP

Choix de la France

Edouard Philippe est arrivé en Nouvelle-Calédonie au lendemain du référendum historique

Le Premier ministre effectue un déplacement afin de rencontrer les différentes forces politiques locales et pour évoquer l'avenir de l'archipel.

Édouard Philippe est arrivé en Nouvelle-Calédonie. Le premier ministre effectue ce déplacement afin de rencontrer les forces politiques, au lendemain du référendum d'autodétermination. Les électeurs ont acté leur attachement à la France.

Le Premier ministre vient également d'effectuer une importante visite au Vietnam.
 
Edouard Philippe doit rencontrer séparement les différentes forces politiques présentes au congrès de Nouvelle-Calédonie.
 
Le Premier ministre souhaite donc discuter avec chaque partie de l'avenir de ce territoire stratégique. Dans le cadre de son déplacement, le chef du gouvernement a également rencontré des étudiants à l'université de Nouméa.
 
La Nouvelle-Calédonie a choisi de rester française à 54,6% des voix lors d'un référendum historique. 
 
Emmanuel Macron a salué une "marque de confiance dans la République".
 
Édouard Philippe a salué  ce lundi la participation "absolument considérable" et le climat globalement bon du référendum. Le Premier ministre n'a en revanche pas fait d'allusion directe au résultat, avec une victoire plus courte que prévue du non à l'indépendance, avec 56,4% des voix. L'État s'était en effet engagé à rester neutre dans la campagne.
 
Quelques incidents ont été recensés en marge du référendum. Dans les quartiers nord et à Saint-Louis, aux portes de Nouméa, la circulation sur la route principale restait interrompue lundi, en raison de pneus enflammés par des jeunes.

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !