Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Le bilan

Économie, terrorisme, climat, Guantánamo, Cuba... Ce qu'a déclaré Obama lors de son dernier discours sur l'état de l'Union

Mardi soir, le président américain s'est adressé pour la dernière fois avant les élections présidentielles, au peuple américain en prime-time.

C'était la dernière occasion pour Barack Obama de s'adresser au peuple américain en prime-time avant que le pays ne bascule dans la frénésie des élections présidentielles. Mardi soir (donc mercredi matin en France), le président américain s'est exprimé devant le Congrès à Washington sur la lutte contre le terrorisme, Guantanamo, Cuba, le climat, l'économie... Barack Obama a dressé le bilan de ses deux mandats.

La plus forte économie du monde

Pour commencer, le président a tenu à rassurer ses concitoyens sur la santé économique des Etats-Unis, devenue l'un des arguments de campagne de Donald Trump. "Laissez-moi commencer avec l'économie et un fait basique : les États-Unis d'Amérique, à l'heure actuelle, ont l'économie la plus forte, la plus durable du monde. Tous ceux qui affirment que l'économie américaine est en déclin, ce n'est que de la fiction politique. Mais ce qui est vrai, et c'est la raison pour laquelle beaucoup d'Américains sont inquiets, c'est que l'économie change profondément, des changements qui ont démarré longtemps avant la grande récession qui nous a frappés".

Daech, l'ennemi numéro un des Etats-Unis

Sans surprise, le président américain a ensuite évoqué la lutte contre l'Etat islamique et souligné la priorité que représentait la sécurité nationale. "Des masses de combattants à l'arrière de pick-ups et des esprits torturés complotant dans des appartements ou des garages posent un énorme danger pour les civils et doivent être arrêtés. Mais ils ne représentent pas une menace existentielle pour notre Nation. Nous devons simplement les désigner pour ce qu'ils sont : des tueurs et des fanatiques qui doivent être éradiqués, pourchassés et détruits".

Guantánamo, Cuba, le réchauffement climatique et la lutte contre le cancer

Le chef de l'Etat a ensuite rappelé l'inutilité de garder la prison de Guantánamo, ouverte à la suite des attentats du 11 Septembre 2001. "Elle coûte cher, elle est inutile, et elle n'est qu'un tract de recrutement pour nos ennemis", a-t-il lancé, sous des applaudissements de la salle. De la même façon, il a demandé au Congrés de lever l'embargo économique américain à Cuba, l'appelant à réaliser que la guerre droide était finie : "Cinquante ans passés à isoler Cuba n'ont pas réussi à promouvoir la démocratie et nous ont fait reculer en Amérique latine. Vous voulez renforcer notre leadership et notre crédibilité sur le continent ? Admettez que la Guerre froide est finie. Levez l'embargo !"

Enfin, Barack Obama a rappelé l'implication de l'homme dans le réchauffement climatique devant ses rivaux Républicains dont la plupart nie ce fait, ainsi que l'important de trouver un remède contre le cancer.

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !