Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Salah Abdeslam : il serait entré dans "une colère noire" en apprenant sa vidéosurveillance 24 heures sur 24
©AFP

Crise de nerfs

Salah Abdeslam : il serait entré dans "une colère noire" en apprenant sa vidéosurveillance 24 heures sur 24

Un dispositif exceptionnel de surveillance a été mis en place à Fleury-Mérogis.

C'est un des détenus les plus surveillés de France. Pour le seul survivant présumé du commando des attentats du 13 novembre à Paris, les contraintes et conditions de son incarcération sont très rigides.
 
Depuis qu'il a été remis à la France le 27 avril, il a été mis à l'isolement. Et dans sa cellule de Fleury-Mérogis, il aurait piqué "une colère noire quand il a découvert qu'il serait surveillé 24 heures sur 24 (…) en disant qu'on violait son intimité", selon une source. Les agents de surveillance auraient eu "quelques sueurs froides".
 
Outre les caméras installées, le mobilier "a été scellé au sol" et les détenus des cellules voisines ont été déplacés. Salah Abdeslam reste pour le moment muet devant la Justice. Son avocat, Frank Berton, pense que c'est la vidéosurveillance qui "psychologiquement, lui crée une difficulté".
Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !