Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Zakaria ABDELKAFI / AFP

Sanction dissuasive ?

Des députés LR souhaitent priver les casseurs du RSA

Des députés Les Républicains ont déposé une proposition de loi qui prévoit de suspendre le versement du revenu de solidarité active aux manifestants reconnus "coupables d'exactions". Le texte a été très critiqué et commenté sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

Une vingtaine de députés LR ont récemment soutenu une proposition de loi controversée. Ce texte a été déposé le 20 mars dernier à l'Assemblée nationale. Ce dispositif ajoutera une sanction complémentaire aux peines encourues par les personnes coupables d'"exactions" lors d'une manifestation. Ils seront privés de leurs droits au Revenu de solidarité active (RSA) pour une durée maximum d'un an. 

Le texte cible les casseurs. Selon la proposition de loi, "il n’est pas tolérable que des citoyens français, bénéficiant de prestations sociales, puissent dégrader des biens publics ou privés et s’en prendre aux forces de l’ordre dans l’intention de porter atteinte à leur intégrité physique (…) Il faut priver du revenu de solidarité active (RSA) des "casseurs" qui en sont bénéficiaires, et ce, en raison de leur participation (armée ou non) à un attroupement, de leur participation armée à une manifestation ou réunion publique autorisée ou de la provocation directe à un attroupement armé". 

Les manifestants porteurs d'une arme et ceux qui dissimulent une partie ou la totalité de leur visage seraient également exposés à la suspension du RSA. 

Ce dispositif aura un effet dissuasif selon les auteurs de cette proposition de loi. D'après des informations de BFMTV, le député de l'Aveyron Arnaud Viala estime que cette proposition a le mérite d’être dissuasive. Il estime qu’elle représente "une sanction lourde, aussi bien matérielle que morale, pouvant les empêcher de recommencer". 

Le texte sera prochainement examiné par la commission des lois constitutionnels, de la législation et de l'administration générale. 

CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !