Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Polémique

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Le Préfet de Police de Paris Didier Lallement a estimé que les personnes hospitalisées en réanimation étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Depuis il a tenu à s’excuser et a précisé ses propos.

Une déclaration du Préfet de police de Paris, Didier Lallement, choque la communauté scientifique et provoque l’embarras au sein du ministère de l’Intérieur. Didier Lallement était présent ce vendredi, porte d'Orléans, à Paris, pour une opération de police qui visait à empêcher les départs en vacances, en pleine période de confinement. Il a été interviewé par BFMTV et LCI. Il a annoncé la mise en place de contrôles renforcés pour ce week-end. C'est à ce moment-là qu'il a prononcé la phrase sur les patients en réanimation : 

"Pas besoin d'être sanctionné pour comprendre que ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, qu'on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l'ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple". 

Cette "petite phrase" du préfet de police de Paris Didier Lallement provoque depuis de vives réactions au sein de la communauté scientifique ou sur les réseaux sociaux.

Selon des informations du Parisien, l'entourage du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner reconnaît également que "ce propos du préfet de police est inexact". 

Suite au début "d’incendie" et suite à la polémique naissante, Didier Lallement a tenu à réagir. Il a publié un communiqué. Didier Lallement "regrette" ses propos : 

"Son intention n'était pas d'établir un lien direct entre le non-respect des consignes sanitaires et la présence de malades en réanimation. Il s’agissait de rappeler la nécessité d’une stricte application du confinement dans cette période pour la protection de la santé de chacun", selon la préfecture de police.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !