Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les magistrats chargés de l'enquête auraient ordonné ce jeudi 13 août la saisie d'une troisième propriété appartenant à Isabelle et Patrick Balkany.
©Reuters

Suite

Couple Balkany : la justice saisit à Marrakech un riad qu'il posséderait

La justice avait déjà saisi ces derniers jours le moulin de Giverny dans l'Eure et vendu la "villa Pamplemousse" à Saint-Martin.

Jamais deux sans trois. Poursuivis pour blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale, les époux Balkany viennent de voir la justice passer à l'action ces derniers jours. Après avoir saisi ces derniers jours le moulin de Giverny dans l'Eure et la villa Pamplemousse à Saint-martin, c'est le riad de Marrakech qui intéresse aussi la justice française. Les magistrats chargés de l'enquête auraient ordonné ce jeudi 13 août la saisie d'une troisième propriété appartenant à Isabelle et Patrick Balkany.

De tous les biens des époux, le riad de Marrakech est le plus controversé en raison de l’origine obscure des fonds et des montages financiers ayant permis son acquisition. La villa a été acquise en 2009 par un montage complexe repéré par Trafctin, l'organisme ministériel de lutte contre le blanchiment d'argent. Le couple niait détenir le somptueux riad de Marrakech et cette nouvelle affaire impliquerait selon Libération un "avocat parisien de renom" qui aurait aidé à faire le montage financier. Les juges auraient saisi les titres de la société détenant la villa marocaine et soupçonnent le couple de l'avoir acquise en se dissimulant derrière des sociétés off-shore et d'avoir utilisé comme prête-nom l'un de leurs proches.

Selon Charlie Hebdo, le moulin de Giverny, somptueuse propriété dans l'Eure, a aussi été saisi. Par ailleurs, leur "villa Pamplemousse" à Saint-Martin dans les Antilles françaises a elle été vendue. La justice avait déjà confisqué leurs passeports et levé l'immunité parlementaire de Patrick Balkany.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !