Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©Reuters

Au ras des pâquerettes

Cotes de confiance : François Hollande chute encore, Manuel Valls se stabilise

83% des personnes interrogées ne font "pas confiance" au chef de l'Etat pour résoudre les problèmes de la France, selon un sondage pour le Figaro Magazine.

Encore des records d'impopularité. Selon le baromètre TNS Onepoint pour Le Figaro Magazine diffusé jeudi, à 13 mois du 1er tour de l'élection présidentielle, 83% (+1 par rapport à début mars) des personnes interrogées ne font "pas confiance" à François Hollande pour résoudre les problèmes de la France. Le chef de l'Etat recueille seulement 15% d'opinions favorables (-1). Contrairement à ce qui s'était passé pour les attaques de Paris en novembre, les attentats de Bruxelles n'ont pas eu d'effet sur sa cote de confiance.

Du côté de Manuel Valls, sa chute de popularité s'est stabilisée. Mais près de sept Français sur dix (69%, -1) ne lui font pas confiance en tant que Premier ministre. L'ancien ministre de l'Intérieur est le chef de gouvernement le plus impopulaire au bout de 24 mois. Son prédécesseur à Matignon, Jean-Marc Ayrault a terminé plus bas (16 %), mais il n'est resté que 22 mois à Matignon. Manuel Valls devient donc plus impopulaire que Pierre Mauroy (37 %) ou Jean-Pierre Raffarin (28 %).

Alain Juppé (37%, -1) reste la personnalité à laquelle les Français souhaitent voir jouer "un rôle important, devant Emmanuel Macon et Martine Aubry (30% chacun), et Christine Lagarde (28%). Les principaux rivaux du maire de Bordeaux à la primaire de la droite sont loin derrière : François Fillon (27%, -1), Nicolas Sarkozy (24%, +1) et Bruno Le Maire (20%, -1). 

>>>> A LIRE AUSSI : François Hollande est-il en voie d’anéantissement ?

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !