Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron couvre-feu mesures gouvernement décisions annonces
©LUDOVIC MARIN / AFP

Lutte contre la deuxième vague

Coronavirus : Emmanuel Macron décrète un couvre-feu en Ile-de-France et dans 8 métropoles dès samedi

Face au rebond de l'épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron s’est exprimé sur la crise sanitaire ce mercredi soir. De nombreuses mesures ont été dévoilées avec notamment l'instauration d'un couvre-feu dans certaines métropoles et le déploiement de nouvelles aides.

Le chef de l’Etat s’est exprimé sur la crise sanitaire ce mercredi soir. Cette intervention, très attendue par la population et par de nombreux secteurs professionnels comme les restaurateurs, était diffusée sur TF1, France 2 et les chaînes d'information. Emmanuel Macron a répondu aux questions de Gilles Bouleau et d’Anne-Sophie Lapix. Le président a confirmé que le pays était face à la « deuxième vague » du virus. Emmanuel Macron a tenu à donner de nombreux chiffres et s’est exprimé sur la réalité de la pandémie en France dès le début de cet entretien. Il est notamment revenu sur le nombre de décès en France  (30.000 lors de la première vague, 2.000 lors de la seconde) et sur les symptômes sévères  et persistants (sur l’odorat, les lésions pulmonaires…).  

Une mesure forte a été confirmée par Emmanuel Macron afin de freiner la propagation du virus. Un couvre-feu s'appliquera à la région Ile-de-France et huit métropoles : Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse. Il s'appliquera de 21h à 6h du matin, à partir de samedi minuit, pour au moins quatre semaines. Il pourrait être prolongé jusqu'au 1er décembre. Emmanuel Macron vient donc de confirmer ce nouveau cap pour lutter contre l'épidémie. Cette mesure doit permettre de mieux gérer les flux à l’hôpital et de réduire les entrées en réanimation, qui représentent actuellement plus de 30% de places occupées. Le couvre-feu s’est avéré particulièrement efficace en Guyane où il est appliqué depuis de nombreux mois.

L'objectif est également de réduire les contacts privés, « où on se relâche (...) où on va être trop proches les uns les autres ».

Une attestation sera donc mise en place via une application, afin de permettre aux personnes d'aller travailler ou pour des cas d'urgence.

« Il y aura des contrôles et des amendes d'un montant de 135 euros ».

Le chef de l’Etat a en revanche précisé qu’il n'y aura pas de restrictions généralisées sur les déplacements. Les Français auront donc la possibilité de partir pour les vacances de la Toussaint mais devront respecter le couvre-feu à 21h dans les zones concernées et respecter les mesures essentielles pour freiner les contaminations.

Le chômage partiel sera réactivé pour les secteurs qui seront directement touchés par le couvre-feu comme la culture, l’évènementiel, l’hôtellerie-restauration, le sport. Les salles de cinéma, les théâtres, le monde de la culture seront particulièrement impactés par cette mesure. 

Emmanuel Macron a tenu à rappeler que la France était le pays qui a le plus accompagné économiquement la population et les entreprises pendant la crise (à travers les mesures déployées comme le chômage partiel et les aides aux entreprises).

Les difficultés rencontrées liées aux tests et au nombre de lits de réanimations ainsi que l'épuisement du personnel soignant ont été des sujets sensibles évoqués lors de cet entretien. 

Les bénéficiaires du RSA et des APL auront aussi droit à une aide exceptionnelle de 150 euros et de 100 euros par enfant.

Le président de la République a confirmé que les plus précaires ont été les plus touchés par les conséquences de la pandémie.

Emmanuel Macron a admis que l'application StopCovid n'a pas fonctionné. Une toute nouvelle application baptisée « Tous Anti Covid » sera proposée prochainement. Elle donnera notamment des informations générales et locales sur la pandémie de Covid-19.

Emmanuel Macron a précisé qu’il n’était pas favorable à la généralisation du télétravail, car il ne faut pas « isoler les gens ». Il a précisé que ceux qui ont une résidence secondaire ont plus de facilités pour faire du télétravail par rapport à ceux qui vivent dans de petits appartements.

Le chef de l’Etat estime qu'alterner entre le télétravail et le présentiel peut être une bonne solution.

Le président de la République a rappelé les gestes essentiels à respecter pour freiner les contaminations (le port du masque, le lavage des mains, l’aération des pièces, le respect des distances…).

Les élus locaux, les maires devraient proposer des plans de prévention. Ils seront des acteurs de la prévention et pourront apporter des solutions locales, selon les précisions d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron a indiqué que l’objectif était de renforcer la stratégie suivante : « alerter, tester, protéger ».

A la fin de cet entretien, Emmanuel Macron a tenté de donner des raisons d’espérer au cœur de la crise.

Emmanuel Macron considère que la pandémie et cette crise ont « permis de réapprendre à être une nation. Nous avons besoin les uns des autres. ».

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !