Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
©BERTRAND GUAY / AFP

Pour les livres d'histoire

Christophe Castaner souhaite que les Gilets jaunes s'interrogent sur la trace qu'ils veulent laisser

Alors qu'il effectuait un déplacement à Marseille, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a évoqué le mouvement des Gilets jaunes. Il a invité les citoyens mobilisés dans ce mouvement à la réflexion. Il leur demande s'ils veulent laisser comme trace "celle de la revendication ou celle de la violence".

Alors que les Gilets jaunes s'apprêtent à se mobiliser ce samedi 9 mars pour un 17e acte, Christophe Castaner a tenté d'appeler les manifestants à la raison. 

Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé dans le cadre d'un déplacement à Marseille ce vendredi. Il a souhaité que les manifestants impliqués dans cette mobilisation de grande ampleur mesurent et prennent conscience de l'impact du mouvement. Christophe Castaner s'est demandé "quelle trace" voulaient laisser les Gilets jaunes. 

Le ministre de l'Intérieur a déploré le fait que "les violences sont devenues systématiques pour un petit nombre. Donc, quelle trace ils veulent laisser ? Celle de la revendication ou celle de la violence ?". 

Christophe Castaner considère cette mobilisation comme un "mouvement social inédit". 

Le ministre de l'Intérieur a néanmoins regretté que "des casseurs viennent pour frapper, pour casser, pour piller, pour insulter aussi. Vous avez vu cette dernière tendance qui consiste à jeter des excréments sur la police?". 

Selon des responsables du syndicat de police Alliance, samedi dernier à Marseille et à Montpellier, des policiers ont essuyé des jets d'excréments lors des manifestations de Gilets jaunes. 

Christophe Castaner a été interrogé sur la potentielle mobilisation des Gilets jaunes sur le Champ de Mars à Paris, ce samedi 9 mars.  

"S’ils veulent s’y asseoir en sérénité, ils peuvent le faire, mais le mieux est qu’ils déclarent leur intention plutôt que de le faire sur les réseaux sociaux. Rien n’interdit les manifestations mais il y a des règles assez simples qui consistent juste à les déclarer". 

Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !